Hassan Khelifati, P-DG d’Alliance Assurances et président de l’UAR.

Le P-DG d’Alliance Assurances, Hassen Khelifati, sonne le toscin et alerte sur le danger du dumping des assurances en Algérie.

Intervenant sur Radio M dans l’émission « L’invité du direct » Khelifati dénonce les tares du système des assurances en Algérie et explique que celles-ci « Se payent cash au temps du Corona virus » une pandémie qui n’a pas épargné le secteur des assurances et dont les effets se font déjà sentir, avec un recul perceptible de -20% sur l’année pour les professionnels de l’assurance.

Les tares qui frappent le secteur des assurances en Algérie, notamment le dumping, font perdre énormément d’argent aux assureurs, des pertes financières qui se chiffrent à des milliards de dinars. Explique Khelifati qui relève certains anachronismes qui ajoutent au marasme dans lequel se débattent les assureurs, notamment la vente des assurances à crédit ; « C’est du jamais vu ! » S’exclame l’invité du direct.

Les compagnies d’assurances risquent de payer cher ces spécificités bien algériennes, ajoute Khelifati qui s’étonne : « L’on a autorisé la vente à crédit qui n’existe nulle part dans le monde » Et d’ajouter : « Que l’on revienne aux règles universelles ! »  Khelifiat évoque par ailleurs le problème des créances qui se greffe à son tour aux autres écueils auxquels font face les assureurs algériens. Khelifati parle carrément d’une bombe à retardement dont le souffle risque d’emporter le secteur des assurances.

Khelifati dénonce enfin l’autisme des pouvoirs publics qui rechignent à consulter les professionnels des assurances dans  la rédaction de textes de loi et autres canevas.