« Le changement radical du système est une condition indépassable pour amorcer réellement un processus  constituant d’une transition démocratique », a signalé le Front des forces socialistes (FFS),  dans une déclaration politique rendue publique ce samedi 23 mars 2019.

Pour le FFS « résoudre la crise de légitimité est la priorité des priorités ». D’après lui, le retour à la légitimité populaire,  « serait à travers  l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante est inéluctable pour construire un nouveau contrat social et politique et poser le socle d’une Deuxième république qui sera basée sur des institutions et de règles démocratiques, un Etat de droit, une justice indépendante, une armée, sans sigle». « Les forces étrangères ne peuvent en aucun cas constituer une source de légitimation d’un système obsolète et dépassé », a ajouté le FFS dans sa déclaration.

Ce parti de l’opposition note qu’il est convaincu qu’aucun système, clan, ou toute autre force, de quelque nature qu’elle soit ne peut et ne doit disputer l’émanation du pouvoir au peuple. À cet effet il est rappelé  quatre constantes ;  « On ne négocie pas avec son peuple, on doit juste satisfaire ses revendications ! », « On ne fait pas de chantage à son peuple, on lui doit le respect ! », « On ne ment pas à son peuple, on lui doit vérité et transparence ! », « On ne méprise pas son peuple, on l’écoute ! »

En outre le Front des forces socialistes « avertit avec force que ni la cupidité des uns, ni l’absurdité des autres ne peuvent justifier ou servir d’alibi à quiconque pour se permettre de mesurer le destin d’un homme au destin de notre cher pays ».

Enfin, le FFS a  appelé  la jeunesse algérienne à «continuer le combat pour la reconquête des libertés d’expression, d’organisation et de participation qui leur permettent de choisir, de gérer et de contrôler les instances et les ressources de leur pays. C’est à elle – déjà plus que majoritaire en nombre  que revient la construction de la Deuxième République ».

« Nous devons tirer des leçons des expériences passées. Nous devons rester vigilants et mobilisés et déjouer toutes les tentatives de récupérations et de division visant l’essoufflement du mouvement », a-t-il ajouté.