L’inflation est maîtrisée en Algérie grâce aux subventions des produits de large consommation (DR)

Le taux d’inflation devrait atteindre 5,9% en 2016, prédit un rapport du Fonds monétaire international sur les perspectives de croissance pour la région Moyen-Orient-Afrique du Nord-Afghanistan-Pakistan (Moanap).

 

 

Le Fonds monétaire international (FMI) promet à l’Algérie un plus important flux d’investissements directs étrangers (IDE) grâce à la révision de son code de l’investissement.

Dans un récent rapport sur les perspectives de croissance pour la région Moyen-Orient-Afrique du Nord-Afghanistan-Pakistan (Moanap), le FMI estime que comme dans d’autres pays pétroliers (l’Arabie saoudite, le Qatar, etc.), en Algérie, l’allégement des formalités administratives pour les investisseurs, ainsi que le renforcement de la qualité des institutions gérant l’investissement, devrait drainer plus de capitaux étrangers.

Dans ce même document, le FMI prévoit que Produit intérieur brut réel de l’Algérie s’accroîtrait de 3,6% en 2016 mais seulement de 2,9% en 2017. Il souligne le ralentissement en vue de la croissance globale de l’économie algérienne et le maintien de la croissance hors hydrocarbures « en deçà des normes historiques ».

Le taux d’inflation en Algérie atteindra 5,9% en 2016, prédit le rapport, relevant que les tensions sur les prix s’accentueront en 2016, à cause de la dépréciation du dinar et de l’augmentation des prix intérieurs de l’énergie.