Nissan a fait part lundi de sa volonté d’écarter Carlos Ghosn de la présidence de son conseil d’administration.

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire a déclaré, ce matin sur franceinfo,  que le P-DG de Renault, arrêté lundi au Japon, devait être remplacé.

Le ministre français a proposé une gouvernance intérimaire du constructeur automobile en attendant d’y voir plus clair. Carlos Ghosn, également président du conseil d’administration de Nissan, est accusé par les autorités japonaises de fraude fiscale.

Carlos Ghosn “n’est de fait plus en état de diriger le groupe”, a-t-il déclaré précisant qu’il n’a pas été demandé au patron de Renault de démissionner. “Nous n’avons pas demandé le départ formel de M. Ghosn du conseil d’administration pour une raison qui est simple, nous n’avons pas de preuve et nous sommes dans un Etat de droit”, a-t-il dit.

En revanche, Nissan a fait part lundi de sa volonté d’écarter Carlos Ghosn de la présidence de son conseil d’administration.