Le Président directeur général de la Sonatrach, Toufik Hakkar, a affirmé, vendredi à In Amenas (Illizi), que son groupe prépare déjà l’étape post-coronavirus, annonçant la signature prochaine de plusieurs contrats de production, de pétrochimie et de services.

S’agissant de la stratégie de Sonatrach, M. Hakkar a dit que “le groupe s’est tourné vers l’international”, d’autant qu’il est présent en Tunisie, Libye, Mali et Pérou ainsi qu’en Europe (Italie, Espagne et Royaume-Uni) à travers des sociétés de commercialisation des produits gaziers et pétroliers et en Turquie dans le cadre d’un projet pétrochimique.

Le Groupe continue à prospecter des opportunités d’investissement profitables au niveau international, dans le cadre de sa politique d’expansion à l’intérieur comme à l’extérieur, a-t-il soutenu.

Concernant les projets prioritaires en pétrochimie, le P-dg a cité la raffinerie de Hassi Messaoud d’une capacité de 5 millions de tonnes/an dont l’accord de réalisation a été signé début 2020, ajoutant que les études techniques étaient en cours et que le lancement des travaux était prévu début 2021.

Outre ce projet visant à réaliser l’autosuffisance au Sud du pays en ces produits, M. Hakkar a fait état du lancement prochain d’autres projets similaires à Tiaret et Skikda.

Le Groupe compte réaliser d’autres projets pour la transformation des produits pétroliers en plastique, a-t-il indiqué.

Dans ce contexte, M. Hakkar a mis en avant la signature d’un projet en partenariat avec le groupe Total à Arzew (Oran), en sus d’un deuxième projet en partenariat avec les Turcs.

Il existe, selon lui, d’autres projets en cours d’étude, à l’instar d’un mégaprojet d’une valeur de 6 milliards de dollars pour la transformation de gaz et de pétrole en produits plastiques à valeur ajoutée à Skikda, qui est actuellement à l’étape de concertation avec un partenaire étranger, ou encore le projet de méthanol et dérivés également “projet d’envergure de l’ordre de 6 milliards de dollars en cours d’étude et de concertation avec un autre partenaire”.

Un autre projet relevant du ministère de l’Industrie et auquel prendra part Sonatrach concerne l’extraction et la transformation des phosphates et se trouve, d’après le responsable, “en cours d’étude et sera signé avant la fin de l’année avec un partenaire pour entamer directement la réalisation”.