À Alger, des milliers de manifestants ont rendu hommage au militant des droits humains décédé en prison, il y a deux jours, Kamel Eddine Fekhar.

Les circonstances de son décès ont interpellé les Algériens, chacun lui a rendu hommage à sa façon en ce vendredi 31 mai 2019 ; minute de silence, la Fatiha, port de pancartes et banderoles ou carrément le port des chéchia blanches de « Ath Mzab ». 

Ce 15e vendredi du mouvement populaire que connait l’Algérie depuis le 22 février a été marqué par la forte présence des portraits de Kamel Eddine Fekhar. De grands posters de lui ont été déroulés sur les façades des immeubles à Alger-centre.  La majorité de  banderoles et pancartes qui ont circulé lui ont rendu hommage et ont dénoncé  le fait qu’il soit décédé dans des conditions dégradantes. Les manifestants ont imputé toute la responsabilité de sa mort au pouvoir. 

Les Mozabites qui se distinguaient la matinée par leurs chéchias ont été rejoints par la foule qui a inondé la place de la Grande poste après la prière du vendredi. De nombreux hommes et femmes d’Alger et d’autres wilayas ont porté la chéchia de Ath Mzab comme symbole de solidarité avec leurs concitoyens de Ghardaia. Mieux encore, les femmes du carrée féminins ont elles aussi,  porté cet accessoire, en plus des slogans qu’elles ont scandé. Ceux qui n’avaient pas ce chapeau symbolique ont tenu à prendre des photos en le portant.

Des minutes de silence ont été observées à maintes reprises et à plusieurs endroits, à l’instar de la Grande poste et de la Rue Didouche Mourad.  Les minutes de silence ont été suivies du slogan «  pouvoir assassin ».  Un peu plus loin au boulevard Amirouche, les manifestants ont récité la Fatiha avant de scander aussi «  pouvoir assassin ». «  Le pouvoir a tué Fekhar », « Ath Mzab chouhada » et « Kamel nous sommes encore des opposants », sont les slogans qui ont été le plus répétés par les marcheurs aujourd’hui.

A noter que plusieurs  citoyens venus de Ghardaia ce matin ont été interpellés puis relâchés par la police. La plupart ont été transférés au commissariat de Ben Aknoun.  Ils passeront la nuit à Alger pour assister à l’enterrement de Kamel Eddine Fekhar demain au cimetière d’El Alia, nous ont-ils confirmé.