Après 5 années d’existence, le premier site satirique algérien créé par Nazim Baya a décidé de suspendre son activité.  

« Le journal satirique El-Menchar, c’est fini ! » Voilà ce que vous pouvez lire ce mercredi soir sur la page Facebook de El Menchar, premier site d’informations parodiques de type satirique en Algérie, qui vient de décider de mettre un terme à son aventure. Les rasions d’une telle décision n’ont pas été évoqué par le fondateur du journal, Nazim Baya.

 « Nous vous remercions pour votre fidélité, votre engagement et votre complicité. Après 5 ans d’existence, nous sommes contraints de suspendre notre journal. On espère vous retrouver bientôt dans une Algérie meilleure. » S’est contenté de  déclarer El Menchar sur sa page Facebook.

Connu pour son sens de l’humour exacerbé et son amour du « deuxième degré », le journal refaisait à sa sauce une vie politique algérienne, trop souvent empreinte de morosité, avec une perspicacité déconcertante et une imagination débordante. Il avait alors repris le flambeau d’un autre journal satirique portant la même dénomination, qui paraissant durant les années 90 sous la forme d’un hebdomadaire (canard) papier.

S’inspirant du concept du Menchar (la scie), un concept bien ancré dans l’imaginaire collectif algérien, sous une connotation aussi négative que le médisance, et à travers des caricatures et des parodies politiques percutantes, El Menchar a réussi le pari de faire découvrir aux algériens, une forme d’expression originale et une pratique peu commune dans le paysage politico-médiatique du pays.

La presse satirique est un type de presse écrite qui utilise la satire – critique moqueuse – comme moyen d’information et d’expression.