Karim Mohellebi, Business and Development Manager à l’entreprise Red Sea housing rencontré au salon Hassi Messaoud Expo, nous parle de la situation singulière dans laquelle se trouve cette entreprise en Algérie. Celle-ci ne peut ni ouvrir une usine ni introduire ses produits sur le marché local.

Maghreb Emergent : Que pouvez-vous nous dire au sujet de l’entreprise Red sea ?

Karim Mohellebi: L’entreprise  Red sea housing, services Algeria est une filiale du groupe  Red sea housing LTD, spécialisé dans la construction de buildings en préfabriqué. Ce groupe saoudien, leader dans son domaine et basé à Dubaï, utilise des technologies américaines ultramodernes qui garantissent une durée de vie prolongée aux produits qu’il propose.

Depuis quand êtes-vous présents en Algérie ?

La filiale Red sea housing, services Algeria existe depuis 2007. Le groupe est présent, en tout, dans 64 pays. Nous avons réalisé des constructions au profit d’entreprises installées à Skikda et Hassi messaoud. Nous avons également réalisé une base vie prototype à Hassi Messaoud, où nous sommes actuellement installés.

Le marché algérien est-il important du point de vue de votre groupe ?

Le potentiel de l’Algérie en matière de construction en préfabriqué est très grand. Malheureusement, notre groupe rencontre des difficultés pour introduire ses produits en Algérie.

Est-ce que ces difficultés sont liées aux récentes restrictions imposées aux importations ?

Non, cette situation dure depuis l’année 2010. Il s’agit de difficultés d’ordre administratif que nous essayons de régler. Nous avons essayé d’ouvrir une usine en Algérie mais nous n’avons pas réussi à le faire. Nous avons fini par ouvrir une usine en Libye, mais elle est actuellement à l’arrêt à cause des troubles que connaît ce pays. Nous avons également des usines aux Emirats arabes unis, en Arabie saoudite,  au Ghana et en Malaisie.

Mais où se situe le blocage exactement ?

Il s’agit de problèmes administratifs.

Des problèmes administratifs qui vous empêchent à la fois d’importer vos produits et d’ouvrir une usine ?

Tout à fait.

Etes-vous en train de parler d’un acharnement contre votre groupe ?

Je préfère ne pas répondre à cette question.

Mais comment est-ce que votre filiale survit-elle en Algérie depuis ce blocage ?

Nous nous sommes rabattu sur notre activité secondaire qui est celle du catering et des services hôteliers au niveau des bases vie.

Si vous êtes leader au niveau mondial dans le préfabriqué et que vous ne pouvez ni introduire vos produits localement ni ouvrir une usine, on peut donc parler d’une grande perte aussi bien pour vous que pour vos clients potentiels en Algérie.

Exactement. Nous proposons des produits de haute qualité et beaucoup d’entreprises étrangères opérant en Algérie connaissent déjà nos produits pour les avoir testés dans d’autres pays. Malheureusement, ils ne peuvent en profiter actuellement en Algérie.

Toutefois, nous sommes en train de suivre la voie légale afin de régler notre problème et nous espérons qu’il ne durera pas plus longtemps.