dans un communiqué publié jeudi, le parquet général d’Alger a « nié avoir reçu des instructions d’aucune partie pour ouvrir les dossiers de corruption et est indépendant dans ses décisions ».

Selon le même communiqué, il est précisé que les récentes actions engagées contre des hommes d’affaires entre dans le cadre « de la lutte contre la corruption qui représente une priorité « .

Le parquet a indiqué que « les procureurs de la République s’occupent des enquêtes préliminaires et ils ordonnent les arrestation à la police judiciaire ».

Depuis l’arrestation du P-DG de l’ETRHB, Ali Haddad, le parquet général d’Alger a ordonné l’arrestation d’autres hommes d’affaires, suspectés d’être impliqué dans des affaires de corruptions.