Le marché reste optimiste après une semaine marquée par la volatilité, les investisseurs espèrent une application stricte de la baisse de la production promise par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et les autres pays producteurs dont la Russie.

 

Les cours pétroliers ont terminé en légère hausse vendredi à New York où le prix du baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, a pris 23 cents à 53,99 dollars le baril sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex). Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 57,20 dollars en clôture sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 31 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Le marché reste optimiste après une semaine marquée par la volatilité, les investisseurs espèrent une application stricte de la baisse de la production promise par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et les autres pays producteurs dont la Russie.

Le premier signe de l’application de la décision historique prise par les pays producteurs sur une réduction de l’offre vient de l’Arabie Saoudite, premier producteur de brut et chef de file de l’Opep. « D’après des sources bien informées, la compagnie d’Etat saoudienne, Aramco, est en train de négocier avec ses clients afin de réduire le volume de ses livraisons jusqu’à 7% en février. En plus de cela, comme l’a indiqué une personne familière des données de production, l’Arabie saoudite aurait apparemment déjà totalement appliquée sa réduction de production de 486.000 barils par jour », ont rapporté les analystes de Commerzbank dans une note.

Autre pays ayant mis en application l’accord de baisse de la production, l’Irak. Selon le ministère du pétrole, l’Irak a réduit de quelque 200.000 barils par jour sa production de brut. « L’Irak a réduit sa production à environ 4,6 millions de barils » par jour (mbj), a indiqué Assem Jihad, un porte-parole du ministère cité par l’AFP.

Ces information suffi pour effacer la baisse enregistrée jeudi suite à la publication des chiffres sur les réserves américaines. Le rapport du département de l’Energie (DoE)  montrait que les stocks de produits dérivés ont fortement augmenté durant la première semaine de 2017.

 L’Opep est parvenue le 30 novembre à un accord de baisse de sa production de 1,2 million de barils par jour pour ramener son plafond à 32,5 mbj applicable dès le 1er janvier 2017 pour six mois renouvelables. Une réunion du comité d’application de l’accord est prévue pour le 21 janvier prochain.