Le projet de loi de Finances complémentaire pour l’année 2020, prévoit dans son article 121 sur le financement des charges de l’Etat, un budget de 7 372,7 milliards de dinars, soit une baisse de 6% par rapport à la Loi de Finances 2020 (7 812 milliards de dinars). Ce budget, comprend les dépenses de fonctionnement et ceux d’équipements.

Ainsi, il est prévu plus de 4 752,4 milliards de dinars pour les dépenses de fonctionnement et plus de 2 620,2 milliards de dinars, pour les dépenses d’équipement.

Cette loi de finances complémentaire est considérée comme un projet de budget rectificatif, étant donné le retournement de situation que connaît actuellement le marché pétrolier. Après que la LF 2020 en vigueur, a été élaborée sur la base d’un prix de baril à 50 dollars, la LFC par contre a revu en baisse ce référencement à 30 dollars le baril, à la suite de la chute vertigineuse des cours, avec l’apparition de la pandémie du Covid-19.

La réduction des dépenses de l’Etat pour cet exercice est venue s’ajouter à celle déjà établie par la loi de Finances 2020, qui avait déjà réduit de 8,6% les dépenses publiques, avec un recul de 1,2% des dépenses de fonctionnement et de 18,7% des dépenses d’équipement.

Le Conseil des ministres, tenu le 3 mai dernier, avait décidé l’augmentation de 30 à 50% la réduction du budget de fonctionnement dans l’avant-projet de loi de finance complémentaire, comprenant les dépenses de l’Etat et de ses institutions.

Ces adaptations budgétaires, sont dues à la révision de certains projets du budget d’équipement qui ont connu une contraction significative de 20% par rapport à ceux de 2019, notamment le gel de certains investissements.

Cette contraction du budget concerne  aussi, les dépenses de fonctionnement des structures de l’Etat et ses démembrements.