Le wali d’Ouargla n’a pas échappé, au contact des journalistes, à l’inévitable question relative à la nouvelle ville de Hassi Messaoud.

Le Salon Hassi Messaoud Expo qui a ouvert ses portes aujourd’hui dans la célèbre ville pétrolière capte l’attention, cette année, par le nombre d’entreprises algériennes privées qui y participent. Des PME mais également des sociétés de taille moyenne spécialisées dans des métiers liés au secteur de l’énergie y sont  représentées.

Le constat mérite d’être fait dans une région où, pendant longtemps,  d’innombrables services  étaient fournis aux groupes pétroliers opérant sur place par des sociétés étrangères.

« Nous sommes en train de reconquérir le terrain peu à peu », dira, à ce propos, Ben Amor Brahim,

directeur général du Centre de contrôle technique et d’expertise, une société privée spécialisée dans les tests des appareils de forage et les services de puits pétroliers. « Il n’a pas été facile de s’imposer en tant que société algérienne dans un domaine assez pointu, mais nous avons réussi à convaincre de grands groupes internationaux car nous investissons beaucoup sur la formation de nos ingénieurs et sur les équipements », explique Ben Amor Brahim qui signale que son centre a réussi à obtenir de nombreuses certifications au fil des années.

De son côté, Hayet Naitkaci, directrice de communication du pôle construction du groupe Condor nous a parlé de la filiale Bordj Steel, spécialisée, entre autres, dans les charpentes métalliques. Une société créée, en 2012, et qui fait de la concurrence à des groupes chinois et belges. Bordj Steel qui propose, depuis peu, des panneaux sandwichs anti-feu très prisés par les groupes opérant dans le Sud, n’entend pas se limiter à vendre ses produits localement, mais « vise déjà un certain nombre de pays africains », nous dit la même responsable. Des marchés que l’entreprise pourrait conquérir dans un avenir proche.

Vendre des panneaux solaires à des groupes pétroliers

« Nous venons à Hassi Messaoud pour proposer des panneaux solaires aux firmes spécialisées dans les hydrocarbures pour qu’elles les installent dans leurs bases». Cette déclaration faite par Aissa Rostom, cadre commercial à la société algérienne Alternate Solar Energy renseigne sur toute une tendance. Les énergies renouvelables sont dans l’air du temps, et même si rien de réellement concret n’a été encore fait du côté des autorités, les sociétés privées ont déjà pris de l’avance. Des sociétés comme Zergoun Green Energy, tout juste créée depuis une année par le groupe éponyme et qui touche à plusieurs activités, notamment dans la wilaya d’Ouargla.

Abderrahmane Zergoun, le directeur de cette filiale, nous informe qu’une « usine de montage de panneaux solaires sera ouverte dans la région au printemps prochain, avec une capacité de production de 160 MW par an ». Une capacité qui « pourrait être triplée, dans un deuxième temps, afin d’exporter vers les pays africains », poursuit notre interlocuteur. «Nous savons que les grands projets du gouvernement peuvent prendre du temps. Mais nous savons que les choses vont se faire tôt ou tard. En attendant, nous pouvons cibler les particuliers et les exploitations agricoles », dira-t-il.

La future nouvelle ville de Hassi Messaoud connaît un bon état d’avancement

Le wali d’Ouargla, Abdelkader Djellaoui, qui a procédé à l’inauguration du salon n’a pas échappé, au contact des journalistes, à l’inévitable question relative à la nouvelle ville de Hassi Messaoud, annoncée il y a plus d’une décennie. D’après lui, les choses avancent.

D’autre part, il a saisi l’opportunité du salon pour inviter les investisseurs à venir nombreux dans la wilaya, en mettant en avant les facilités garanties par les autorités. « En plus des avantages fiscaux, les investisseurs trouveront d’autres facilités sur place. A titre d’exemple, certains documents officiels peuvent désormais être retirés de l’administration locale et non plus de celle de la capitale,  tels que les permis de construire ou encore les documents liés à l’étude de l’impact environnemental des projets », a-t-il promis. Il a également signalé qu’une ligne ferroviaire devait aussi traverser la région.

Le Salon Hassi Messaoud Expo se tient jusqu’au 30 du mois. Ses 200 exposants attendent quelque 8000 visiteurs professionnels et avec eux quelques contrats de partenariats. Un espace de rencontre entre les opérateurs a été, d’ailleurs, mis en place par les organisateurs dans cette perspective.

De notre envoyé spécial à Hassi Messaoud, Ahmed Gasmia