Pour la plupart des experts nationaux, les réponses passent aujourd’hui par la remise en cause du modèle rentier

Selon le rapport de l’Opep le brut algérien devrait terminer l’année 2015 dans une moyenne annuelle des prix de l’ordre de 58 dollars le baril. Ce qui représente une diminution d’environ 50% par rapport à la moyenne des prix de l’année 2014 qui se sont élevés à plus de 110 dollars.

 

 

La moyenne du prix du pétrole algérien Sahara Blend a connu une baisse de plus de 2 dollars en juin dernier en s’établissant à 61,69 dollars le baril, a indiqué l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dans son rapport mensuel.

Les données de l’Opep précisent que le prix moyen du baril de Sahara Blend a perdu 2,43 dollars en un mois, passant de 64,12 dollars en mai à 61,69 dollars en juin. Cette baisse intervient dans un contexte marqué par une baisse globale des prix du pétrole sur les marchés mondiaux à la fin du deuxième trimestre de 2015.

Selon le rapport de l’Opep le brut algérien devrait terminer l’année 2015 dans une moyenne annuelle des prix de l’ordre de 58 dollars le baril. Ce qui représente une diminution d’environ 50% par rapport à la moyenne des prix de l’année 2014 qui se sont élevés à plus de 110 dollars.

Diminution du volume de  production

Le rapport a révélé, d’autre part, une légère diminution du volume de  production de pétrole de l’Algérie au cours du mois dernier. Le volume de production a atteint 1,113 millions de barils par jour en juin contre 1,120 millions de barils par jour en mai. L’industrie pétrolière algérienne connaît ces dernières années une production stable aux alentours de 1,2 millions de barils par jour, ce qui représente la part fixées à l’Algérie dans le cadre de l’Opep.

Notons que la production totale de l’Opep a considérablement augmenté en juin. Les pays qui forment le cartel ont produit 283 000 barils par jour supplémentaires pour atteindre un volume de production de une sortie 31, 378 millions de barils par jour. L’augmentation de la production a été le fait de l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Nigeria notamment.

Le prix du panier de l’organisation a connu un recul de 1,95 dollars au mois de juin par rapport à mai pour atteindre 60,21 dollars le baril, mettant fin au rebond constaté durant les mois d’avril et mai. L’Organisation explique cette volatilité des prix par  l’augmentation du niveau des stocks américains de pétrole au cours des trois derniers mois.

Une hausse de la demande en 2015

Par ailleurs, l’Organisation revoit à la hausse ses prévisions de demande sur le brut pour l’année 2015. Le cartel prévoit ainsi une hausse de la demande de 1,28 million de barils par jour en 2015, soit 100.000 de plus que dans sa précédente estimation, et table sur une nouvelle accélération en 2016, grâce à un rebond de la croissance mondiale. Pour 2016, la hausse de la demande doit s’accélérer à 1,34 mbj l’an prochain, en raison d’un rebond de la croissance mondiale à 3,5%, après 3,2% cette année.

Les estimations de l’OPEP divergent de celles rendues par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui avait indiqué vendredi s’attendre à une baisse de la croissance de la demande mondiale d’or noir à 1,2 million de barils l’an prochain, après 1,4 million estimés pour 2015.