Le siège de l’OPEP à Vienne (photo publiée sur le site de l’APS).

Le prix moyen du baril de Sahara Blend est passé ainsi de 47,91 dollars le baril en janvier à 58,18 dollars le baril en février.

 

La moyenne des prix du pétrole algérien, le Sahara Blend, a enregistré une hausse de plus de 10 dollars à 58,18 dollars le baril, a indiqué l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dans son rapport mensuel rendu public lundi.

Le prix moyen du baril de Sahara Blend est passé ainsi de 47,91 dollars le baril en janvier à 58,18 dollars le baril en février, soit une hausse de 10,27 dollars.

Cette augmentation a été soutenue par le rebond des prix du brut dans les marchés mondiaux depuis la mi-janvier.

Mais en dépit de cette hausse, les prix du pétrole algérien demeurent loin de leurs niveaux enregistrés durant la même période de l’année écoulée dépassant alors les 109 dollars le baril.

Le rapport a indiqué, en outre, que la production algérienne a baissé légèrement de 34.000 barils/jour en février, atteignant 1,131 million de barils jour (mbj) contre 1,165 mbj en janvier, selon des données algériennes officielles.

Selon l’OPEP, la production algérienne de pétrole ces dernières années est restée stable à 1,2 mbj.

Le rapport a, par ailleurs, relevé que la production globale de l’Organisation a nettement reculé avec le retrait du marché de 338.000 barils/jour à 30,249 mbj, notamment en raison du repli de la production irakienne (-259.000 barils/jour).

La moyenne du prix du panier de l’OPEP a connu, quant à elle, une hausse de 9,68 dollars en comparaison à celle du mois de janvier, atteignant 54,06 dollars le baril, mettant un terme à la chute enregistrée depuis juin 2014 qui reste la plus durable depuis la crise financière de 2008.