Une vue du salon organisé en 2013 (Archives)

Des événements économiques sont programmés pour les mois de mars et d’avril et dont les organisateurs craignent déjà le pire.

Les différents événements économiques qui, habituellement, captent l’attention des médias et des professionnels ont été relégués au second plan, ces derniers jours, en raison des manifestations hostiles à la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat.

Si les dates fixées pour la tenue de ces événements économiques, notamment les salons et rencontre professionnels n’ont pas été changées, la fréquentation tout comme la couverture médiatique réservée à ces salons ont été assez timides. 

Parmi les grands rendez-vous économiques, habituellement très suivis par les médias, le salon  international de l’agroalimentaire ‘’Djazagro’’ qui a eu lieu du 25 au 28 février à Alger. Le salon annoncé par les différents organes de presse nationale en grande pompe, n’a pas suscité l’intérêt de cette même presse à son ouverture. A l’exception des médias publics, qui souhaitaient vraisemblablement détourner l’attention du mouvement populaire opposé au 5e mandat, la majorité des organes de presse se sont déconnectés de cet événement.

Le salon international du tourisme SIAHA, qui s’est déroulé du 21 au 24 février à Oran, a été lui aussi affecté par ce mauvais concours de circonstances. Ce salon même s’il en est à sa 10ème édition n’a pratiquement pas intéressé la presse.

D’autres événements économiques sont programmés pour les mois de mars et d’avril et dont les organisateurs craignent déjà le pire.