Le débat sur le projet de loi relatif aux hydrocarbures, qui a débuté ce mardi matin à l’Assemblée nationale populaire (APN), s’est tenu dans une salle presque vide.

Cette nouvelle loi qui est censée, selon les officiels, « épargner une crise énergétique et financière au pays », est débattue par seulement une poignée de députés, mais aussi sous une haute pression.

Au cours de cette plénière, et lors de la présentation du projet par le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab, des députés indépendants ont levé des pancartes pour dénoncer ce projet de loi.

‘’Ya Ali baouha’’, une expression qui accuse les législateurs de cette loi de vouloir « vendre l’Algérie».

D’autres parlementaires indépendants ont organisée une manifestation dans le hall de l’assemblée. Des pancartes ont été brandies où on pouvait lire, entre autres,  » l’Algérie n’est pas à vendre ».

Il est à noter qu’un important dispositif sécuritaire a été déployé aux alentours du siège du parlement, à l’occasion du débat sur la nouvelle loi des hydrocarbures à l’APN.