Le Salon international du livre d’Alger (SILA) a fermé ses portes samedi 4 novembre sur un chiffre record de fréquentation de 1,4 million de visiteurs. Mais la manifestation a rayonné bien au-delà des murs de la Safex grâce au Web qui s’est largement fait l’écho de ces dix jours de fête littéraire.

 

De simples compliments en disent parfois long. « Merci », « yatikoum saha », « dix jours de travail vraiment magnifique », etc., au lendemain de la clôture de la 20e édition du Salon du livre d’Alger, le ton est plutôt à la satisfaction sur la page Facebook du Sila. « C’est gratifiant », commente Meliza Beghdad, la community manager des comptes Twitter et Facebook du Sila, « mais ce n’était pas gagné d’avance ». Au début, les commentaires étaient majoritairement critiques voire insultants, raconte la discrète étudiante de 22 ans aussi agile sur le fil Twitter qu’un funambule. Un tweet en arabe par-ci, un autre en français par-là, une annonce de vente-dédicace, le live-tweet d’un événement, des détails sur les promos, une photo, un bon mot…la community manager du Sila alterne les informations sans interruption. Sur Facebook, même cadence, la page connaît une activité intense. « Pour stimuler l’interaction avec les internautes, j’ai lancé un jeu-concours de livres », confie modestement Meliza Beghdad qui a aussi eu la bonne idée de créer « Humans of Sila ». Sur le modèle des séries de photographies « Humans of … » à travers le monde, la community manager du Sila a photographié des visiteurs en accompagnant les clichés d’une courte présentation.

 

En flèche

 

Entre deux visites dans les pavillons, la jeune fille répond aux nombreux messages ou remarques en ponctuant ses réponses d’un smiley grand sourire. Petit à petit, l’acrimonie des internautes s’est envolée et les efforts d’inventivité ont fini par enlever toute animosité pour laisser place à des fans chaque jour plus nombreux sur la page. « Si les « Like » n’ont pas beaucoup augmenté en dix jours, en revanche la portée, soit le nombre de vues, l’engagement, soit le nombre de « like », commentaires ou partages et les clics, ont connu une très forte augmentation de plus de 860% », commente la Community manager, statistiques sous les yeux.

 

En blog

 

Pendant que Meliza Beghdad tweete, poste et s’active sur son smartphone au sous-sol du pavillon G, réservé aux organisateurs, une autre salle tout près d’elle connait une certaine effervescence. C’est celle des étudiants de l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information d’Alger (ENSJSI). Rassemblés autour d’une longue table rectangulaire, une quinzaine de jeunes gens travaillent silencieusement sur leurs ordinateurs. Le SILA touche à sa fin et avec elle le blog du Salon tenu depuis le premier jour par la promotion du tout nouveau master « Audiovisuel et new media » de l’ENSJSI. « Couvrir le SILA d’une façon différente » telle était la devise de ce projet multimédia réalisé dans le cadre d’un partenariat avec l’Ecole supérieure de journalisme de Montpellier (ESJ PRO), l’Ambassade de France en Algérie et l’Institut français d’Alger.

« Nous avons d’abord eu une semaine de formation technique au cours de laquelle nous avons appris à utiliser des outils de journalisme web tels que Tweetdeck pour Twitter, infogr.am pour les infographies, Pixlr pour les photos montages, Photosnack pour les diaporamas, etc. », explique Fatma Zohra, étudiante de 24 ans appartenant à la promotion. Une fois le blog créé sur WordPress et les rubriques définies, le travail pouvait commencer, en arabe et en français. « Tous les matins, on tenait une conférence de rédaction dans le bus de l’Université à la Safex », détaille Pierre Boucaud, un des deux formateurs de l’ESJ PRO Montpellier encadrant le projet. « Puis les étudiants travaillaient en binôme sur un sujet pour la journée ».

 

Encore

 

En ce dernier jour de l’aventure, Karim, l’un des rares étudiants masculins de la promotion, s’apprête par exemple à publier un diaporama photos « Quand l’Algérie accueille la France, invitée d’honneur du Sila 2015 », monté sur Photosnap. Fatma Zohra et sa camarade Assia peaufinent quant à elles leur « success story » (une des sept rubriques du blog) autour de Hachette Editions racontée à travers trois courtes vidéos d’un des responsables algériens de la maison d’édition française. « La plupart des sujets ont été réalisés à partir des smartphones », souligne Pierre Boucaud qui suit de près les possibilités et nouvelles applications mobiles du journalisme web. Le dernier au-revoir ne se fait pas sans un léger pincement. « Ça a été une expérience formidable », témoigne, tout sourire Fatma Zohra, « le Sila et le blog vont nous manquer » !