Le secteur des services financiers s’attend à des transformations numériques importantes à la lumière du Covid-19 et ce dans de nombreux pays du continent africain et plus particulièrement dans les pays du Maghreb.

C’est ce que révèle l’étude Africa Covid-19 CEO Survey. Une étude de l’Oxford Business Group qui considère que l’accès à Internet comme la clé de la prospérité socio-économique du continent après la pandémie. La réponse de l’Afrique à bon nombre de défis soulevés par le Covid-19 a souvent été axée sur des solutions numériques innovantes développées localement. Indique l’étude qui énumère les performances de quelques pays. 

Entre le Ghana qui utilise des drones pour livrer des équipements médicaux, le Nigéria qui a recours à des plateformes numériques pour simplifier la logistique, ou la Tunisie qui utilise des robots pour imposer les mesures de confinement, la plupart des pays font preuve d’innovation pour maintenir les activités des entreprises, même si ces dernières fonctionnent pour la plupart en dessous de leur capacité.

L’étude qui a eu recours au sondage de chefs d’entreprises poursuit : Près de la moitié (48%) des sondés ont déclaré que leur entreprise procédait actuellement à des investissements importants ou très importants dans des solutions technologiques innovantes afin de permettre la reprise ou la bonne poursuite de leurs activités. 

La Tunisie, qui a fait preuve de compétences numériques exceptionnelles et qui a été présentée par de nombreux pays d’Afrique comme un berceau de l’innovation au cours de cette crise, se place en tête du classement parmi les pays sondés dans ce domaine (63%), suivie de l’Algérie (57%), du Maroc (48%) et du Nigéria (48%). Eclaire l’étude qui juge que parmi les secteurs les plus avancés dans ces processus, les services financiers arrivent en tête (81%), suivis par l’éducation (75%), les TIC (72%) les médias et la publicité (60%).

La transition numérique devrait se poursuivre à l’issue de la crise du Covid-19, avec 53% des chefs d’entreprises interrogés ayant déclaré que la crise allait entraîner des transformations numériques importantes ou très importantes dans leur entreprise. Ces changements devraient concerner en premier lieu les services financiers (77%), l’éducation (75%), les TIC (64%) et le commerce de détail (63%). Informe l’étude.