Sonatrach a signé, le mercredi 9 mai à Rome, un accord avec Esso Italiana pour l’acquisition de la raffinerie d’Augusta et de trois terminaux pétroliers en Italie.

 

Le rachat de la raffinerie d’Augusta (Italie) auprès d’Esso Italiana (filiale du groupe américain Exxon mobil)  la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach, suscite l’inquiétude de l’association environnementale italienne « Legambiente » et des syndicats des travailleurs de  la raffinerie.

Dans une déclaration à la presse italienne, l’association « Legambiente » a révélé qu’une partie importante des sols  de la raffinerie ont été contaminés par divers polluants, avec une forte pollution de l’eau souterraine polluée par les hydrocarbures et les métaux lourds.

La multinationale américaine qui a singé la transition avec la Sonatrach, avait annoncée dans la presse italienne qu’elle assurait « une gestion prudente de la transition, en accordant la priorité au personnel, à la sécurité et aux relations avec les communautés locales et à la protection de l’environnement ».

L’association « Legambiente » a indiqué que malgré la vente de la raffinerie, les activités de remise en état sont sous la responsabilité de « ceux qui sont à l’origine de cette pollution, autrement dit l’entreprise Esso, alors que le rôle de la vigilance incombe aux nouveaux venus »,  autrement dit Sonatrach. L’association dit espérer que la compagnie algérienne fera ce qu’elle est supposée faire. « Ce serait la meilleure carte de visite pour la nouvelle entreprise, qui est aussi le premier investissement direct des Algériens en Italie « .

Pour sa part, le curé de l’Eglise mère d’Augusta, le père Palmiro Prisutto, a déclaré, dans la presse, que depuis des années de nombreux décès des suites d’un cancer ont été enregistrés dans la région en raison de la grave situation environnementale de la région.  Le curé se plaint du « silence assourdissant (des autorités italiennes) les questions environnementales ».

A côté des préoccupations liées à la question environnementale, il y a aussi la crainte des syndicats pour l’avenir  des travailleurs de la raffinerie après l’arrivée des Algériens. Selon eux, la transaction « était un piège tendu aux syndicats et aux travailleurs ». 

Rappelons que Sonatrach a signé, le mercredi 9 mai à Rome, un accord avec Esso Italiana pour l’acquisition de la raffinerie d’Augusta et de trois terminaux pétroliers en Italie.