Le secteur automobile est en train de changer progressivement la structure des productions industrielles et de s’affirmer comme premier secteur exportateur

La ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt a indiqué, hier, que les usines automobiles devaient parvenir à un taux d’intégration de 15%.

Cette augmentation du taux d’intégration « permet l’émergence d’un tissu industriel de PME, de développer cette activité et de s’orienter vers l’exportation », a ajouté la ministre.

La ministre a précisé qu’un intérêt particulier sera accordé, dès l’année prochaine, à un certain nombre de filières à savoir le textile, la sidérurgie et l’industrie du ciment « afin de diversifier l’économie nationale hors hydrocarbures ».