Le Président du parti Jil Jadid et Coordinateur national du mouvement Mouwatana, Djilali Soufiane est l’invité de Radio M. est revenu, lors de son passage sur Radio M, sur les soubresauts de l’actualité nationale en exprimant la position de Mouwatana vis-à-vis du cinquième mandat.

Concernant l’arrestation puis la libération de l’animateur de la radio web Sarbacane et non moins membre de Mouwatana, Abdelkrim Zeghilech, Djilali Soufiane  a estimé qu’il s’agissait d’une «une manœuvre politicienne ». Pour lui, c’est « une énième   tentative visant à aseptiser la société et annihiler tout élan politique émanant de la rue. Elle est à inscrire sur la volonté des politiques en poste de réprimer toutes velléités de manifester sur les places publiques que ce soit à Constantine, à Alger ou à Béjaia… ».  « Le timing de cette arrestation est étroitement lié à la dynamique que nous avons impulsé à Mouwatana», poursuit Djilali Sofiane qui signale que le rouleau compresseur des arrestations touche tous les activistes et tous ceux qui osent s’élever contre le cinquième mandat.

Ces arrestations en cascade trahissent la peur du pouvoir de tout ce qui est contraire à ses plans, indique l’invité de l’émission l’OffShore de Radio M. Il rappelle le feuilleton des scandales de l’été dernier et qui ont fait  les choux gras de la presse nationale ; « Ceux-ci vont de la cocaïne, jusqu’aux changements qui ont touché la haute hiérarchie de l’Etat, en passant par les corps de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Même l’appareil de l’Etat par excellence qu’est le FLN n’a pas échappé à la vague de changements, ce qui en dit long sur les manœuvres qui minent le sérail politique national», rappelle-t-il.