La commission d’organisation de la  1ere rencontre nationale de la société civile a levé ce mardi soir les derniers obstacles pour adopter une feuille de route commune.

C’est désormais une certitude, une première rencontre nationale de la société civile se tiendra ce samedi 15 juin 2019 en un lieu qui reste encore à confirmer. La dernière divergence politique sur la feuille de la transition a été résolue ce mardi soir au terme d’une très longue réunion de la commission d’organisation. Elle portait sur les modalités du retour au processus électoral durant la période de transition.

Les trois dynamiques regroupant plus de 80 associations, syndicats et collectifs, se sont accordées sur les termes d’une feuille de route qui retient les grands principes d’une transition dirigée par  des personnalités consensuelles et les conditions du retour à un processus électoral.

Le texte de la plate-forme adoptée ce mardi soir, restera sous embargo jusqu’au jour de la conférence. Il demande dans ses grandes lignes le départ des dirigeants actuels et revendique la mise en place de mesures de détente afin d’engager un dialogue politique global en vue d’organiser la période de transition.

Les trois dynamiques engagées dans la préparation de la conférence nationale de la société civile sont fédérées autour de la confédération des syndicats autonomes (CSA), du Forum civique (association sociale) et du collectif de la société civile (Autour du RAJ, les ligues des droits de l’hommes, Sos Disparus, etc…).

L’initiative de la société civile a l’ambition de  traduire les revendications du mouvement populaire en une tentative politique de sortir de l’impasse politique dans laquelle le pays est en train de s’enfermer. Elle devrait se développer vers une convergence avec l’opposition politique sur une initiative plus inclusive.