Le port de Valence.

Les exportations de ce port ont augmenté de 10% en 2014, grâce notamment à la croissance des échanges avec Italie, l’Algérie et les Etats-Unis. Du point de vue du volume des marchandises qui y ont transité, l’Algérie, avec 6,81 millions de tonnes, devance la Chine, l’Italie et les Etats-Unis.

 

 

Selon le quotidien économique régional espagnol Valenciaplaza, avec 6,81 millions de tonnes de marchandises échangés, l’Algérie a été, en 2014, le premier pays partenaire du port de Valence, qui a vu son volume de marchandises croître de 13,21% par rapport à l’année 2013.

Dans son édition d’aujourd’hui, le journal espagnol indique que le volume de marchandises enregistré en 2014 au niveau de ce deuxième plus grand port d’Espagne en termes de tonnage est estimé à 67.019.770 tonnes, soit une hausse de 3,09% par rapport à 2013.

Ce chiffre n’avait jamais été enregistré au niveau de ce port de la côte est espagnole, souligne la même source, qui précise que ses exportations ont augmenté de 10% en 2014, grâce notamment à la croissance des échanges avec Italie, l’Algérie et les Etats-Unis.

Du point de vue du volume des marchandises ayant transité par ce port, l’Algérie devance la Chine qui a échangé 6,1 millions de tonnes dans la même période, l’Italie, avec 5,13 millions de tonnes, et les Etats-Unis, avec 3,40 millions de tonnes.

 

Les exportations du port de Valence vers l’Algérie : +28,54% en 2014

 

Les importations algériennes du port de Valence ont crû de 28,54% en 2014, en comparaison à l’année précédente, enregistrant le taux de croissance le plus élevé derrière les importations italiennes, qui ont connu une hausse de 53,12%, et devant les importations américaines qui ont grimpé de 26,6%.

Selon les statistiques du Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis), l’Espagne était le premier client de l’Algérie durant les neuf premiers mois de l’année 2014, avec 7,08 milliards de dollars, devant l’Italie qui a acheté l’équivalent de 6,72 milliards de produits algériens, la France (5,06 milliards) et, enfin, la Grande-Bretagne (4,73 milliards). 

Avec 3,82 milliards de dollars, ce pays ibérique était le quatrième fournisseur de l’Algérie durant cette même période, derrière la Chine (6,06 milliards), la France (4,95 milliards) et l’Italie (3,86 milliards).