Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), réitère son rejet des élections présidentielles du 12 décembre prochain. Son bureau exécutif national a qualifié, dans un communiqué rendu public aujourd’hui, ce rendez-vous électoral de « menace sur la stabilité du pays ».
Son argument : le pouvoir compte faire de ces élections une opportunité pour se maintenir.

« Les derniers développements de la situation témoignent de la volonté du pouvoir de se renouveler à l’occasion des élections présidentielles du 12 décembre prochain », déplore le parti.
D’après ce dernier, des partisans des élections du 12 décembre ont fini par changer d’avis. Un changement qui confirme la déception générée par la manière avec laquelle le pouvoir prépare ce scrutin.
Dans son document, le MSP accuse ouvertement le pouvoir d’avoir tourné le dos aux revendications populaires.
Par ailleurs, il a salué la mobilisation populaire du vendredi 1er novembre dans de nombreuses villes du pays.

« Le Hirak doit continuer pour faire pression sur le pouvoir et faire aboutir les revendications du peuple algérien », note la même source.
S’exprimant sur l’intervention des services de sécurité dans la Cour d’Oran, le MSP dénonce « une dérive dangereuse » et estime que les responsables de cet acte n’ont aucun sens des responsabilité