« Une entreprise qui emploie plus de vingt salariés doit absolument mettre en place un règlement intérieur. Nous encourageons les employeurs à mettre en place des conventions collectives, afin de délimiter les obligations des uns et des autres au sein de l’entreprise. »

C’est ce à quoi appelle Djamel-Eddine Abdelghani Dridi, Directeur Général de l’Institut national du travail (INT). Dridi a en effet, largement abondé sur le thème des conflits dans le milieu professionnel, alors qu’il s’exprimait dans l’émission Service public, de la Radio nationale chaîne III.

« Les responsables ne maîtrisent pas la réglementation algérienne et dans la majorité des cas les employés ont eu gain de cause, à l’issue de conflits qui les opposaient à leurs employeurs », a indiqué Dridi, citant une étude dont il a été l’auteur.

« L’employeur prend des décisions hâtives mais la justice prend position dans ces litiges », a poursuivi Dridi, qui a souligné l’importance de la convention collective laquelle est seule capable de mettre fin à la cacophonie dans les relations de travail. « Le règlement intérieur doit absolument encadrer les relations de travail au sein de l’entreprise », a réitéré Dridi.

L’invité de la radio a par ailleurs annoncé un cycle de webinars que l’institut national du travail lance. Il s’agit des « webinars de l’INT » dédiés aux questions liées au monde du travail et en partenariat avec le Laboratoire associé de recherche scientifique « EMET » de l’INT et Emploitic.

Le premier webinar aura lieu le Lundi 29 juin de 16h-00 à 17h-30, consacré aux relations de travail et cadre réglementaire à l’heure du COVID-19.