L’ambassade des Etats-Unis en Libye a exprimé lundi sa préoccupation face aux attaques visant des aéroports civils dans l’ouest du pays, alors que le conflit armé entre le gouvernement soutenu par l’ONU à Tripoli et la force rivale basée en Cyrénaïque (est) se poursuit.
Dans des discussions avec les dirigeants de toutes les parties, « j’ai souligné que les Etats-Unis voyaient de grands risques dans l’escalade d’attaques contre des aéroports civils et que si un avion de ligne était touché, cela serait catastrophique », a déclaré le nouvel ambassadeur américain à Tripoli, Richard Norland.
Le gouvernement libyen soutenu par l’ONU est engagé depuis début avril dans un conflit armé meurtrier autour de la capitale Tripoli contre l’Armée nationale libyenne (ANL), la puissante milice basée dans l’est du pays, laquelle cherche à s’emparer de la ville et de renverser le gouvernement de Fayez Sarraj.
Il y a quelques jours, l’ANL a annoncé qu’elle attaquait l’aéroport de Zouara (côte ouest), détruisant des hangars utilisés pour entreposer des drones.
En juillet, elle avait dit avoir détruit le principal centre de contrôle des drones de l’aéroport Mitiga de Tripoli. En réaction, le gouvernement soutenu par l’ONU avait annoncé la destruction de drones de l’ANL dans la région de Joufra (centre).
La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a dénoncé jeudi dernier le nombre croissant d’attaques contre des aéroports de l’ouest du pays.
L’ANL dirigée par le général Khalifa Haftar est alliée au gouvernement de Tobrouk (est), ce pays nord-africain étant divisé politiquement entre des autorités à l’est et à l’ouest après la chute du régime de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011.