Le Sommets Etats-Unis/Afrique a commencé lundi dernier (photo publiée sur le site de l’APS)..

L’annonce a été faite au deuxième jour du sommet Etats-Unis-Afrique à Washington. Il s’agit de projets qui concerneront essentiellement les secteurs de la construction, les énergies propres, les banques et les technologies de l’information.

 

Des entreprises américaines prévoient d’investir un montant de 14 milliards de dollars dans les secteurs économiques clé en Afrique, selon l’annonce du président Barack Obama.

Un ensemble de sociétés américaines se sont engagées à investir 14 milliards de dollars en Afrique, a déclaré un responsable américain au deuxième jour du sommet Etats-Unis-Afrique à Washington.

Il s’agit de projets qui concerneront essentiellement les secteurs de la construction, les énergies propres, les banques et les technologies de l’information, a-t-on précisé de même source, sans autre indication sur le calendrier.

Réunis en sommet historique à Washington, les dirigeants des Etats-Unis et de l’Afrique, parleront mardi de commerce et investissements, avec l’espoir pour l’Amérique de rattraper son retard sur l’Europe et la Chine.

Outre les questions sécuritaires, ce sommet doit se recentrer sur l’objectif central de cette réunion préparée pendant un an par le président Barack Obama qui voit dans le continent africain la « prochaine ‘success story’ mondiale ».

L’administration américaine et les géants de l’industrie espèrent tisser des liens économiques solides avec l’une des régions les plus prometteuses de la planète au taux de croissance plus élevé que ceux du reste du monde. Le FMI table sur un taux de 5,8% en 2015.

L’Algérie est représentée à cette rencontre par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal qui doit rencontrer plusieurs hauts responsables de l’industrie pétrolière et du commerce américains.

Dans l’agenda des activités de M. Sellal figurent plusieurs rencontres, dont une prévue jeudi prochain avec le secrétaire américain à l’Energie, Ernest Moniz qui avait déjà effectué une visite de travail en Algérie en juin dernier.