Pour le deuxième mois consécutif, les Etats-Unis ont dépassé l’Algérie en matière de fourniture de gaz naturel vers l’Esapgne, rapporte le journal espagnol El Confidencial. Les importations espagnoles via les gazoducs nord-africains (Medgaz ou le gazoduc du Maghreb qui passe par le Maroc) n’ont plus la côte auprès des fournisseurs espagnols d’énergie.

Réduites de 30% entre janvier et mars, les exportations algériennes ont atteint  les 19 748 GWh contre 20 251 GWh de GNL américain. Selon El Confidentiel, qui cite, la société qui gère les réserves espagnoles d’hydrocarbures (Cores) le pays de l’oncle Sam a augmenté ses ventes de gaz à l’Espagne de 467%, au cours des deux derniers mois.

En effet, si l’Espagne réduit drastiquement ses importations de gaz algérien, c’est en partie à cause de la baisse des prix que connait le marché actuellement. Pire encore,  au mois de mars, les américains n’étaient plus les seuls à avoir grillé la politesse à l’Algérie. La Russie a également enregistré une hausse significative des ses exportations de gaz vers l’Espagne. Les deux géants de l’énergie ont apporté plus de GNL en Espagne via des cargos que le pays africain fourni par les infrastructures gazières, indique la même source.

« À l’heure actuelle, de nombreux opérateurs préfèrent rompre leurs engagements et aller sur le marché » au comptant « du gaz, où les prix sont au minimum, au point qu’il est moins cher d’apporter du gaz comme celui-ci, malgré le paiement des pénalités pour les contrats signés précédemment.  » Rapporte le journal espagnol en citant des sources du secteur industriel.