Les magistrats algériens membres du Club des juges ont appelé les autorités, ce samedi 13 avril 2019 à libérer la justice et à  ouvrir des dossiers de corruption.

Lors d’un rassemblement de protestation devant le ministère de la Justice aujourd’hui, des juges et des avocats ont réclamé  « l’indépendance de la justice » et « la liberté pour les magistrats d’ouvrir des enquêtes relatives aux  affaires de corruption, sans qu’il y ait des décisions ou des pressions de la part des autorités ». 

À cet effet, l’avocat Salah Dabouz, a lancé un appel aux juges ayant subi des pressions pour qu’ils dénoncent « ces faits ». «  Il ne faut pas oublier qu’un juge peut être exclu par une simple signature » a déclaré Salah Dabouz. «  Dénoncez la pression que vous vivez et nous allons vous défendre jusqu’au bout. On est fier de vous », a-t-il ajouté.

Le Club des juges a notamment  annoncé officiellement  sa décision de boycotter l’opération de révision des listes électorales fixée pour la période du 16 au 23 avril, en prévision des élections présidentielles du 4 juillet 2019. Une décision saluée et applaudie par les avocats qui ont participé au rassemblement.

Le Club des juges a annoncé sa décision de boycotter l’opération de révision des listes électorales fixée pour à la période du 16 au 23 avril, en prévision des élections présidentielles prévues pour le 4 juillet 2019. Des élections que les magistrats rejettent et refusent d’encadrer par ce qu’elles sont « rejetées par le peuple », selon le communiqué des magistrats.