Image, avion Air Algérie
Le syndicat national de maintenance aérienne a observé plusieurs grèves depuis le début du conflit avec les responsables de la compagnie aérienne nationale.

Tous les mécaniciens et techniciens de la maintenance du Syndicat national des techniciens de la maintenance aérienne (SNTMA) ont entamé une grève à partir de dimanche à 8h du matin « suite au ras-le-bol du climat malsain qui règne au sein de la maintenance de Air Algérie », a annoncé dimanche le SNTMA dans un communiqué.

Selon le même communiqué, ce conflit persiste « depuis l’arrivée du staff actuel ». Ces rédacteurs revendiquent « un retour inconditionnel vers une hiérarchisation et une justice salariale, dictée par la convention collective d’Air Algérie, elle-même inspirée par les standards internationaux ».

Les membres du syndicat exigent, en outre, « l’arrêt de la « Hogra » (mépris) que subissent les mécaniciens et ingénieurs quotidiennement, à savoir les sanctions abusives, le harcèlement, les ponctions arbitraires sur salaires, des mutations à tort et à travers, des nominations à des postes de responsabilité de personnes n’ayant pas les critères et les compétences requises (…). Enfin, la régularisation des mécaniciens et ingénieurs (détenteurs) de contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée ».

Vers fin de la soirée de dimanche, les syndicalistes de la maintenance d’Air Algérie ont indiqué qu’aucun responsable de la compagnie n’a pris l’initiative d’intervenir. Le syndicat « dégage toute responsabilité de tout ce que cette situation pourrait engendrer et l’imputera à l’insouciance de l’employeur », avertit le syndicat dans son communiqué.

Pour rappel, le syndicat national de maintenance aérienne a observé plusieurs grèves depuis le début du conflit avec les responsables de la compagnie aérienne nationale, la dernière en date a été considérée par la justice comme illégale.