Le Premier ministre palestinien, Mohammad Chtayyeh, a déclaré mardi que les « mesures extrêmes et unilatérales » des Etats-Unis avaient sapé le processus de paix avec Israël.
M. Chtayyeh a confié à 37 membres du Congrès américain dans son bureau de Ramallah que « les mesures prises par l’administration américaine ont annulé toutes les questions relatives au statut final ».
Les relations politiques entre l’Autorité palestinienne et les Etats-Unis ont été rompues après que le président Donald Trump a déclaré Jérusalem capitale de l’Etat d’Israël en décembre 2017, puis transféré l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem en mai 2018.
Les Etats-Unis ont également cessé de financer l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, connue sous le nom d’UNRWA, et fermé les bureaux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington.
M. Chtayyeh a souligné que les mesures américaines « ont annulé toutes les questions relatives au statut final qui devaient être discutées avec Israël à la fin de la période intérimaire, telles que les questions de Jérusalem, des réfugiés et du soutien aux colonies israéliennes ».
« Les Palestiniens aspirent à une paix fondée sur le droit et la justice », a dit M. Chtayyeh aux membres du Congrès, ajoutant que « le président Mahmoud Abbas a déployé des efforts considérables avec le président Trump pour parvenir à une forme de paix juste et globale ».
« La meilleure solution pour nous est la solution à deux Etats dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale de l’Etat de Palestine et une solution équitable pour les réfugiés palestiniens », a également indiqué M. Chtayyeh dans un communiqué officiel.