Le directeur général de la Bourse d’Alger, Yazid Benmouhoub a indiqué que dans le cas où le dispositif d’importation de véhicules de moins de trois ans est réactivé, on risque de voir la valeur des monnaies étrangères flamber par rapport à un dinar déjà mal en point.

Pour le DG de la bourse d’Alger, qui s’est exprimé ce lundi sur la radio nationale, « cette mesure va tout naturellement amener les personnes intéressées par l’importation des ces véhicules à s’adresser au marché parallèle pour pouvoir acquérir des devises qu’elles déposeraient dans les banques ».

Benmouhoub a indiqué, à ce propos, que pour établir la réelle valeur du dinar, il faudrait pour cela que le pays en arrive à sa convertibilité totale. « Mais cela devrait passer  préalablement par la diversification des ressources du pays, en plus de celles générées jusqu’ici par les hydrocarbures », a-t-il souligné.

Rappelons que le ministre du Commerce, Saïd Djellab, avait récemment annoncé la possibilité d’ouvrir l’importation des véhicules de moins de trois ans d’âge, dans le but de pousser les constructeurs automobiles à baisser leurs tarifs.