Le cabinet d’analyse Gartner a publié le mois passé ses prédictions pour le secteur du numérique pour l’année 2016. Spécialisé dans l’accompagnement technologique, ce bureau d’études qui regroupe des milliers d’experts dans le monde, annonce que l’année prochaine sera marquée par une diminution de l’intervention humaine dans la gestion du monde digital. En 2018, les industriels s’essaient à la fourniture de contenu totalement rédigé par des machines. L’intégration à grande échelle des technologies de reconnaissance de caractères recèle des performances dans l’interaction homme-machine. Les machines prendront le pas sur l’humain dans le traitement des données. Gartner annonce que 20% du contenu d’entreprise sera rédigé par des machines. Le contenu représenté par un ensemble de données binaires sera alors converti en langage naturel par des systèmes experts multidimensionnels dominé, bien entendu, par les sciences du traitement automatique des langages, et transmis aux utilisateurs. Considéré comme l’avenir de l’Internet mobile, l’IOT (Internet of things) connaîtra en 2018 un succès important. Selon les rédacteurs du document de Gartner, le nombre d’objets connectés atteindra les six milliards. Mieux, en 2021, un million d’objets connectés seront achetés chaque heure.

L’apparition en 2020 des premiers agents logiciels est l’autre pari de Gartner. Ses experts prévoient que le monde des applications devrait être dominé par le contexte algorithmique. Selon eux, 5% des transactions économiques seront assurées par des agents logiciels autonomes en 2020. Décryptage, le client peut effectuer sa transaction à travers un logiciel intelligent développé par des humains sur la base d’un ensemble de règles bien définies dans l’algorithme. La généralisation d’un tel procédé dans l’ensemble des secteurs économiques donnera naissance à l’économie numérique programmable. L’élimination des frontières entre le hardware et l’intelligence artificielle concernera également le monde numérique mobile. Selon Gartner, en 2020, des agents logiciels intelligents généreront 40% des interactions mobiles homme-machine. Cette performance ne sera jamais réalisable sans l’apport des réseaux de neurones dans le domaine du Cloud. En clair, des usagers du Net pourront confier la gestion de leurs comptes Facebook à des agents logiciels…