Le Directeur de l’Institut national de santé publique (INSP) et membre du comité de surveillance et de suivi Cofid 19, le professeur Lyes Rahal, a indiqué ce lundi, que « les tests appliqués aux malades par scanner ne confirment pas les cas de contamination au coronavirus ».

Invité ce matin à la radio nationale, le professeur a rappelé à ce propos que « seuls les tests chimiques par la LTPSR, sont capables de confirmer les cas d’atteinte au Covid-19 ». Il  a ainsi, souligné  la nécessité « d’augmenter le nombre de laboratoires chargés de diagnostiquer les cas suspects, tout en augmentant le rythme de travail du personnel de santé ».

«Nous nous concentrons actuellement sur une stratégie de surveillance de l’épidémie, afin de contrôler la situation », a indiqué le professeur en soulignant que « la solution aujourd’hui est entre les mains du citoyen et son degré du respect des mesures préventives contre cette épidémie ».

Concernant l’augmentation des cas de contamination au covid-19, enregistrés ces derniers jours, le professeur Rahal a affirmé que cela « était prévisible après l’assouplissement des procédures de quarantaine et la levée progressive du confinement. Aussi, le relâchement remarqué des citoyens, dans le respect des mesures préventives ».

En revanche, le professeur a souligné une diminution du nombre de décès au cours des dernières semaines, ainsi que le faible taux des malades sous respirateurs artificiels, dans les services des urgences des hôpitaux.

Enfin, le Pr Rahal a tenu a rappeler que cette épidémie « est un problème de santé publique et ne peut être combattue sans que le citoyen assume ses responsabilités ».

Il a également appelé, dans ce sens, le citoyen à « la nécessité de respecter les mesures préventives, la séparation sociale et le port de masques ».