La ministre libanaise de la Justice Marie-Claude Najm a démissionné ce lundi après les explosions qui ont ravagé Beyrouth mardi dernier, tuant au moins 158 personnes et en blessant 6.000 autres, a rapporté la chaîne de télévision locale LBCI.

Les ministres de l’Information et de l’Environnement ont également démissionné la veille en raison des explosions, en plus de parlementaires ayant décidé de confronter la classe politique actuelle dans le but de mettre en place les réformes nécessaires dans le pays.

Des informations préliminaires ont révélé que du nitrate d’ammonium stocké depuis 2014 dans l’entrepôt numéro 12 du port de Beyrouth pourrait être à l’origine des explosions.

La classe politique actuelle a été lourdement critiquée par le peuple libanais, qui l’accuse de négligence vis-à-vis du stockage de cet important volume de nitrate.

Le gouvernement libanais se réunira plus tard dans la journée pour évoquer la possibilité de sa démission entre autres alternatives, en plus de l’organisation d’élections législatives anticipées.