Transféré au Portugal pour la modique somme de 300 000 euros, la cote de Islam Slimani est montée à…12 millions d’euros, selon des médias (DR)

4 milliards de centimes pour Hicham Belkaroui de l’USM el Harrach, 3,3 milliards pour Kadour Beldjilali de la JS Saoura, 1,6 milliard pour Adel Bougueroua (RCA) et Rachid Nadji (USMA). Ce sont les transactions de footballeurs les plus chères de l’intersaison en Algérie.

 

En cédant son libéro Hicham Belkaroui au Club Africain (Tunis), l’USM El Harrach aura réussi le transfert le plus cher de cette intersaison, à quelques jours de la clôture du mercato. Belkaroui, 23 ans, qui a signé un contrat de trois saisons, soit jusqu’au 30 juin 2017, a été libéré pour la coquette somme de 4 milliards de centimes (370 000 euros) après avoir évolué une seule saison sous le maillot jaune et noir. Sauf que pour ce cas, l’USMH a été amenée à partager le pactole avec l’ASM d’Oran, le club formateur de Belkaroui (770 millions de centimes) pour la clause libératoire et une commission pour l’agent intermédiaire.

Le CRB, club le plus actif du mercato

Belkaroui devance ainsi le milieu offensif de la Jeunesse sportive de la Saoura (JSS), Kadour Beldjilali, 25 ans, transféré lui aussi en Tunisie, à l’Etoile sportive du Sahel (ESS). Ce natif d’Oran et ancien de l’USM Blida (2010/2011), qui a fait trois saisons à la JS Saoura, a signé un contrat de quatre ans (jusqu’au 30 juin 2018, Ndlr) et ce, en contrepartie de 300 000 euros (3,3 milliards de centimes).

Le CR Belouizdad, actif durant ce mercato d’été et renouvelé la quasi-totalité de son effectif, a dû payer le transfert de l’avant-centre du RC Arbaa, Adel Bougueroua, à 1,6 milliard de centimes (150 000 euros). Formé au RC Kouba, Adel Bougueroua a erré pendant deux saisons au Moyen Orient en évoluant au club jordanien al Yarmouk (2010/2011) et au club omanais al Nasr Salalah (2011/2012). Il a retrouvé le championnat algérien, avec l’accession du RC Arbaa en Ligue 2. Le joueur de 27 ans a signé pour trois saisons chez le CRB.

Le club rival, l’USM Alger, du magnat des BTP Ali Haddad , a également déboursé 1,6 milliard pour acheter la libération de l’avant-centre de l’Entente spotive de Sétif (ESS), Rachid Nadji, 26 ans, lequel a signé un contrat de 3 saisons.

L’autre transfert payé cher est celui du Mauritanien Cheikh el Khalil Moulaye Ahmed, qui vient d’être engagé par la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK). Mohand Chérif Hannachi a déboursé 100 000 euros (1,1 milliard de centimes) à Ksar Nouakchott pour obtenir la libération de ce latéral droit, il l’a fait signer un contrat de deux années.

 L’ES Sétif tire le plus de bénéfices du marché

Les dirigeants de l’Entente de Sétif semblent bien comprendre ce business des transferts de joueurs. Sur les dix dernières saisons, le club phare de l’Est, a réussi plusieurs transferts, aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. L’ESS avait réalisé le transfert le plus cher de l’Histoire du championnat national, en cédant Abdelmoumene Djabou au Club africain (Tunis) pour la somme record de deux (2) millions d’euros (22 milliards de centimes environ), lors de la saison 2012/2013. Le meneur de jeu du club sétifien, Lazhar Hadj Aissa, a été cédé au club koweitien Qadsia Sporting Club en 2011/2012 pour 500 000 euros (5 milliards de centimes), tandis que le milieu de terrain Mourad Delhoum, a été transféré au club saoudien al-nasr lors de la saison 2013/2014 pour 200 000 euros (2,2 milliards de centimes), pour ne citer que ces transactions.

L’ASO Chlef a lui aussi empoché 800 000 euros (5,5 milliards de centimes) dans la transaction d’El Arbi Hillel Soudani avec Guimaraes en 2011/2012 et le NA Hussein Dey a engrangé 300 000 euros (3 milliards de centimes) dans le transfert de Rafik Halliche au Benfica. Dans la transaction conclue l’année dernière avec le Sporting Lisbonne, le CR Belouizdad a empoché 300 000 euros (3 milliards de centimes) pour libérer Islam Slimani. Or, le club portugais a placé très haut le montant de la clause de départ pour l’attaquant vedette de l’équipe nationale qui a brillé lors de la coupe du monde au Brésil, à…12 millions d’euros.

D’autres club algériens ont réussi des transferts de joueurs étrangers engagés dans le championnat national, qui ont été cédés à des clubs tunisiens ou européens à l’image du Camerounais Yannick N’Deng, cédé en 2011/2012 à l’Espérance de Tunis pour 600 000 euros (6,5 milliards de centimes environ), le Tchadien Ezechiel Ndouassel, cédé par l’USM Blida au Club africain en 2010/2011 pour 400 000 euros (4 milliards de centimes environ), et l’autre Camerounais Gilles Binya, cédé par le MC Oran en 2007/2008 au Benfica pour 300 000 euros (3 milliards de centimes).

Les transferts ratés

Le MCO n’a néanmoins pas profité du transfert de l’attaquant international algérien des U23, Youcef Belaili, 23 ans, qui s’est engagé en 2012 avec l’Espérance de Tunis, alors qu’il était libre après deux saisons jouées avec le club Oranais. Tout comme le CA Bordj Bou Arreridj (CABBA), qui n’a pas su flairer l’affaire en le laissant s’engager avec le MCO alors qu’il n’avait que 19 ans en 2010. Belaili, qui vient d’être « rapatrié » par l’USM d’Alger, est désormais le joueur le plus cher du championnat, avec un salaire mensuel évoqué de près d’un milliard de centimes. Il a signé pour deux ans au club phare de la capitale, soit jusqu’au 30 juin 2016.

Ce ne sont néanmoins pas seulement le MCO ou le CABBA, qui auront raté un transfert lucratif. Mohand Cherif Hannachi, l’inamovible patron du club le plus titré l’Algérie, la JSK, n’a également rien vu venir l’année dernière, quand son lutin Essaid Belkalem a été repéré par les recruteurs européens et n’a rien touché en retour pour son transfert (Belkalem était en fin de contrat avec son club formateur la JSK, Ndlr). Belkalem, 25 ans, a réussi un excellent mondial et n’a pas manqué de taper encore une fois à l’œil des recruteurs. Sa valeur marchande, estimée avant le mondial à 1 million d’euros, va certainement augmenter d’ici la clôture du mercato.