L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé jeudi à mener une évaluation approfondie des microplastiques présents dans l’environnement et de leurs conséquences potentielles sur la santé humaine, suite à la publication d’une analyse de l’état de la recherche sur les microplastiques dans l’eau de boisson.
« Il est urgent d’en savoir plus sur l’impact des microplastiques sur la santé parce qu’ils sont partout – y compris dans l’eau que nous buvons », a déclaré le Dr Maria Neira, directrice du département de la santé publique, de l’environnement et des déterminants sociaux de la santé à l’OMS.
« D’après les informations limitées dont nous disposons, les microplastiques présents dans l’eau potable ne semblent pas poser de risque pour la santé aux niveaux actuels. Mais nous devons en savoir plus. Nous devons aussi stopper l’augmentation de la pollution plastique dans le monde entier », a ajouté Mme Neira.
Selon l’analyse, qui résume les dernières connaissances sur les microplastiques dans l’eau potable, ceux d’une taille supérieure à 150 microns ne sont pas susceptibles d’être absorbés dans le corps humain et l’absorption de particules plus fines devrait être limitée.
D’autres recherches sont nécessaires pour obtenir une évaluation plus précise de l’exposition aux microplastiques et de leurs effets potentiels sur la santé humaine, a indiqué l’OMS, appelant à des méthodes standardisées pour mesurer les particules microplastiques dans l’eau et à des études approfondies sur les sources et la présence des microplastiques dans l’eau douce et sur l’efficacité des différents procédés de traitement.
L’OMS a également recommandé aux fournisseurs d’eau de boisson et aux organismes de réglementation de donner la priorité à l’élimination des agents pathogènes microbiens et des produits chimiques qui présentent des risques connus pour la santé humaine, tels que ceux qui causent des maladies diarrhéiques mortelles.