Opep

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a annoncé mercredi avoir réduit sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2020 en raison du ralentissement économique, une évolution qui justifie selon elle de maintenir la stratégie visant à prévenir un engorgement du marché.

L’Organisation précise avoir abaissé sa prévision de la croissance de la demande globale pour l’an prochain de 60.000 barils par jour (bpj) à 1,08 million de bpj, en soulignant que le marché devrait être excédentaire.

Une perspective qui pourrait inciter l’Opep et ses alliés, dont la Russie, à maintenir ou à durcir leur politique d’encadrement de la production.

Dans son rapport, l’Opep dit avoir réduit sa prévision de la croissance économique mondiale pour 2020 à 3,1% contre 3,2%.  « L’augmentation de la demande pétrolière attendue l’an prochain devrait être inférieure à la forte croissance de l’offre de producteurs concurrents comme les Etats-Unis », ajoute l’organisation.

A cet effet, l’Opep a souligné « la responsabilité partagée de tous les pays producteurs pour assurer la stabilité du marché pétrolier afin d’éviter une volatilité indésirable et un possible retour à un déséquilibre du marché ».

Rappelons que le Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord Opep-non Opep (JMMC) tiendra ce jeudi sa 16éme réunion à Abou Dhabi (Emirats Arabes unis), avec la participation de l’Algérie.

La réunion du JMMC sera consacrée à l’analyse de la situation du marché pétrolier international et de ses perspectives à court et moyen terme. Il sera également question de l’examen des niveaux de conformité des ajustements de production par rapport aux engagements tenus par les pays membres de l’Opep et les pays participants non membres de l’Organisation.