Dans un entretien accordé ce mardi à l’Agence de presse APS, le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a démenti l’abandon du financement non conventionnel, annoncé récemment par le Premier ministre, Nouredine Bedoui.

Loukal a affirmé, à ce sujet,  que cet instrument financier demeurait « valable jusqu’en 2022 » et qu’il « reste un outil important mais non exclusif de financement du déficit du trésor, jusqu’au terme de sa validité ».

Le premier argentier du pays a affirmé que « sur les 6 556,2 milliards (mds) de DA mobilisés jusqu’en janvier 2019 par le Trésor public auprès de la Banque d’Algérie, dans le cadre du financement non conventionnel, un reliquat de 610,7 mds de DA reste à consommer d’ici à la fin de l’année ».

« Le compte du Trésor auprès de la Banque d’Algérie affiche un solde positif de 610,7 mds de DA, devant permettre de continuer d’assurer les différentes dépenses, au titre de l‘exercice 2019 », a-t-il encore assuré.

Cependant, le ministre a affirmé que le projet la loi des finances pour 2020 « n’a pas reconduit ce mode de financement en préférant couvrir le déficit budgétaire à travers le recours aux ressources internes ordinaires ».

Rappelons que le Premier ministre avait annoncé, lors d’une rencontre à Alger, « l’abandon définitif du financement non conventionnel », en précisant que le gouvernement « œuvre, dans ce cadre, à la préservation de la situation financière de l’Etat et de ses institutions, notamment en cette période décisive et cruciale ».