Le président du groupe Cevital, Issad Rebrab, reconnaît la difficulté d’obtenir de la Banque d’Algérie l’autorisation de débloquer les fonds pour des investissements à I’extérieur.  

L’unité de production d’équipements de traitement de l’eau installée dans les Ardennes (France) par le groupe Cevital et sa filiale EvCon, sera opérationnelle « d’ici un mois », rapporte le quotidien régional L’Ardennais citantKamal Benkoussa, patron d’EvCon. 

La filiale du groupe Cevital y fabriquera des membranes et des stations de production d’eau ultra-pure, de dessalement d’eau de mer et de traitement des eaux industrielles. « D’ores et déjà, des machines importées d’Allemagne ont été installées dans les locaux de PSA. La fabrication des toutes premières membranes made in Ardennes est imminente », note le quotidien régional.

« Il ne s’agit que d’un petit centre de production que nous avons lancé pour honorer les commandes que nous avons pour des membranes de 2e  génération », révèle Kamal Benkoussa. L’objectif, c’est l’installation d’une unité qui fabriquera des membranes « filtrantes » de 3e  génération ».

Dans cette optique, on annonce déjà que les équipes sont sur place, et que Laurent Bouet est nommé directeur général du site et quatre ingénieurs venant d’Algérie sont attendus sur place. « Nous allons faire venir les lignes de 3e génération qui sont en Allemagne à Munich d’ici trois mois maximum, annonce Laurent Bouet directeur général du site. PSA est en train de nous libérer 3 000 m2 dans le bâtiment pour ça. Ce sera fait pour la mi-février, ensuite nous nettoierons et referons le béton de la dalle car il faut que ce soit nickel», a déclaré M. Bouet à L’Ardennais.

Des discussions entamées pour mobiliser les financements

Le financement de ce projet- dont le montant serait de 250 millions d’euros selon le quotidien L’Ardennais-, est également un sujet qui capte l’attention de la presse et l’opinion française. A cet effet, le quotidien régional nous apprend que le patron de Cevital a entamé des discussions avec Business France, et des rencontres sont  prévues avec des responsables de banques françaises dont la banque publique d’investissement (BPI). Un recours à des fonds européens serait également  l’étude. Le président du groupe Cevital, Issad Rebrab, reconnaît la difficulté d’obtenir de la Banque d’Algérie l’autorisation de débloquer les fonds pour des investissements à l’extérieur, mais se montre  optimiste quant à trouver des financements en France.

« Nous sommes des gens crédibles auprès des banques françaises, d’autant plus que nous avons une activité innovante et disruptive. Le projet est bancable, il n’y a pas de raison pour que nous ne soyons pas financés », a ainsi affirmé Issad Rebrab.

A noter que le groupe Cevital est déjà présent en France après avoir racheté le fabricant français de portes et fenêtres Oxxo et le spécialiste de d’électroménager Fagor-Brandt.