Around 150 people demonstrate in support of « Harkis » in the streets of Paris on May 12, 2013. Representatives of « Harkis », former northern African soldiers of the French army during the Algerian national liberation war of 1957-62, demonstrated in Paris to demand that French President Francois Hollande respect his promise to recognize the abandonment by Paris of the « Harkis » at the end of the Algerian war. AFP PHOTO / PIERRE VERDY / AFP PHOTO / PIERRE VERDY
La semaine dernière, Macron avait rendu visite à la veuve de Maurice Audin pour lui remettre une déclaration dans laquelle il reconnaissait la responsabilité de l’Etat dans la mort du jeune mathématicien.Selon le journal français l’Opinion, le président français Emmanuel Macron s’apprêterait à faire « un geste mémoriel très fort » à l’égard des harkis en décembre prochain.

Cependant, aucun détail n’a pour l’instant filtré sur la nature de ce « geste », précise la même source.

Le journal français indique, par contre,  qu’avant ce geste mémoriel, la secrétaire d’Etat aux armées présentera le 25 septembre, une série de mesures en faveur de ces anciens supplétifs de l’armée française durant la guerre d’Algérie, à l’occasion de la journée nationale d’hommage aux harkis.

Des décorations seront décernées et un fonds de solidarité à hauteur de 50 millions sera créé à destination des plus nécessiteux, y compris les deuxième et troisième générations.

Le ‘’geste fort’’, que le président français compte entreprendre à l’égard des Harkis, vient après avoir reconnu la responsabilité de l’État français dans la mort du militant anticolonialiste Maurice Audin en 1957.

La semaine dernière, Macron avait rendu visite à la veuve de Maurice Audin pour lui remettre une déclaration dans laquelle il reconnaissait la responsabilité de l’Etat dans la mort du jeune  mathématicien. Il a admis, à ce sujet, l’existence durant la guerre d’Algérie, d’un « système légalement institué qui a favorisé les disparitions et permis la torture à des fins politiques ».