Le géant espagnol des assurances Mapfre, présent en Algérie à travers sa filiale Algérie Assistance, et un partenariat avec l’assureur Macir Vie, compte développer sa stratégie en Afrique du Nord. C’est ce qu’il explique à Maghreb Emergent reçu dans son siège en Espagne.

 

 

C’est à Majadahonda, ville située à 16 kilomètres au nord de Madrid, que la  compagnie d’ assurances Mapfre (prononcer Mafré) a implanté son siège social. L’entreprise espagnole qui génère chaque année un chiffre d’affaires d’environ 26 milliards d’euros et qui est présente dans 49 pays, possède un fief à l’image de son gigantisme. «La ville a été construite autour de Mapfre» nous explique un cadre de l’entreprise aux 112 millions d’assurés à travers le monde et qui compte plus de 37 000 employés. Car Mapfre est une véritable institution en Espagne. Elle peut ainsi se payer le champion de tennis Rafael Nadal comme égérie, qui dans un spot publicitaire atteste tout en muscle et sans transpirer que «Mapfre no hay mas que una» (Mapfre est unique).

Algérie Assistance et Macir vie, partenaires algériens de Mapfre

La branche assistance de la multinationale espagnole a également su tirer son épingle du jeu. Fondée en 1986, Mapfre Asistencia s’est  hissée à la troisième place mondiale avec un chiffre d’affaires annuel de 1157 millions d’euros. Avec 46 centres de services répartis sur les cinq continents, la partie business assistance de Mapfre veut croitre dans une logique «d’équilibre et de diversification géographique». En Algérie, Mapfre Assistance est présente en matière d’assistance automobile, de santé et de voyage par l’intermédiaire de sa filiale Algérie Assistance. L’assureur Macir vie, numéro 1 du marché privé algérien, est également associé à Mapfre. Ces deux entreprises mettent un point d’honneur à utiliser l’expertise et le savoir faire du géant ibérique au service des clients algériens. L’assistance est en effet une tache délicate. L’assureur n’est jugé qu’en période de crise, ce qui accentue les attentes du consommateur. Chez Macir vie on est bien conscient de cela. «Pour l’assurance voyage, on remet à nos clients une carte d’assistance avec un numéro te téléphone, de fax et un e-mail pour être sûrs qu’ils puissent nous joindre», assure Amine Bouamrane directeur marketing chez Macir Vie. «En cas d’accident ou de maladie inopinée, l’assuré va être dirigé en priorité dans l’établissement médical le plus proche et soigné sans rien débourser», ajoute le jeune cadre. «Nous nous sommes associés à Mapfre pour leur fiabilité, leurs produits sont un gage de sérieux pour les clients algériens», insiste-t-il.

 Un marché à fort potentiel

L’EMEA I regroupe ainsi chez Mapfre, l’Afrique du Nord, l’Europe du Sud et le Moyen-Orient. Sa structure se veut «matricielle et régionale» comme nous l’explique Alexandre Boutin, directeur général adjoint de la branche Business Assistance de l’assureur espagnol. Générant un chiffre d’affaires de 425 millions d’euros, EMEA I a un potentiel très intéressant pour la compagnie qui cible notamment l’assurance voyage pour se développer sur ces marchés. Souheil Ben Halima, deputy director pour l’Afrique du Nord veut ainsi lancer prochainement une application qui permettra au client de mandater une assurance directement via son téléphone. Prévue pour 2016, cette application «Uber-Towing» permettra aux clients de se familiariser avec les produits de l’assureur. Le responsable déplore cependant l’absence de son entreprise en Lybie, pour des raisons de sécurité, mais aussi au Maroc où il estime que la législation ne lui permet pas de s’implanter pour le moment.

 Le travail de l’assureur: prévoir l’imprédictible

 Dans les locaux de Mapfre Asistencia, les différentes branches de la compagnie sont segmentées, organisées. La décoration sobre, est composée de bois vernis et de moquettes claires. Quelques plantes vertes viennent ponctuellement égayer l’ambiance de travail. Seule distraction pour les visiteurs, une salle où sont entreposées des affiches publicitaires vintages. Elles étaient collectionnées par un ancien PDG de l’entreprise, vénérable boute-en-train du  monde des assurances. Les raisons qui font de Mapfre un géant du secteur tiennent au soin avec lequel ils rationalisent les risques et les profits. Ce rôle est dévolu aux employés des services de quotation. Travaillant en open space, ces mathématiciens sont aisés à reconnaitre: ce sont les seuls qui ne portent pas de cravates. Toute la journée, ils mettent au point des algorithmes pour déterminer la probabilité que votre avion soit en retard, que votre voiture tombe en panne ou que vous attrapiez une gastro-entérite dans une croisière sur le Nil. Macir Vie et Algérie Assistance profitent ainsi de cette expertise pour leurs produits. Dans le monde complexe des assureurs, il s’agit de rationaliser les dangers, mesurer mathématiquement les faits de vie, tenter de prévoir ce qui est imprédictible. Les données sont collectées à travers le monde entier pour nourrir les calculs et les algorithmes qui permettront à l’assureur de fixer le juste prix, «celui où tout le monde gagne», dixit Alexandre Boutin.

 Cevismap, le centre de recherche sur le marché automobile

 Pour la collecte de données en matière automobiles, la Mapfre a créé il y a 32 ans la Cevismap. L’objectif avoué est d’ «en savoir plus sur les voitures et leur réparation», selon un responsable Cevismap. Cette branche située à Avila, une charmante bourgade médiévale située dans le centre du pays, a ainsi mis au point des crashs tests à 15 kmh maximum «car ce qui nous intéresse, c’est la voiture uniquement» avoue pudiquement un responsable technique. Dans ce centre de recherche, tous les composants de la voiture sont étudiés. De la peinture aux moteurs, les données collectées sont ainsi utilisées par les assureurs mais aussi par les concessionnaires, les manufactures et les constructeurs automobiles. Cevismap livre en effet ses conclusions qui permettent d’améliorer la sécurité des voitures. Dernière trouvaille des chercheurs espagnols, le développement d’un pare-choc qui absorberait an maximum les secousses lors d’un accident, sans s’affaisser sur la chaussée.

 Présent du début à la fin du processus automobile

 A quelques kilomètres de Cevismap, se trouve le centre de recyclage. Pour les véhicules accidentés qui ne peuvent être réparés, la Mapfre a construit un centre de récupération des pièces détachées ultra moderne et robotisé. Le poids lourd espagnol qui assure un parc de 6 millions de voitures sur son marché local, possède la masse de véhicules nécessaire à la mise en place de sa politique. Avec un investissement initial de 8,4 millions d’euros, l’usine a fait un chiffre d’affaire de 4,5 millions d’euros en 2015 dont un bénéfice net de 6%, soit environ 250 000 euros. L’affaire est rentable et Mapfre prévoit d’ouvrir d’autres unités similaires en Amérique du Sud et en Chine. Présents lors de la visite de l’usine de recyclage, des chefs d’entreprise tunisiens se sont montrés intéressés par ce projet. Quand au marché algérien, il se «porte bien», selon un responsable présent lors de la visite. Algérie Assistance a connu une croissance de son chiffre d’affaire de 30% en 2014. Macir Vie compte bien développer l’assurance voyage, qui est indispensable pour obtenir une majorité de visas dont celui pour l’espace Shengen.