Le Maroc assimile son inscription dans la liste des 40 pays à éviter à une injustice que la France devrait réparer

Le bilan du mandat du gouvernement Benkirane, qui s’achève dans quelques mois, dans le secteur du tourisme est plutôt positif, à en croire les chiffres présentés par le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, du parti du Mouvement Populaire.

 

Le ministre du tourisme marocain a annoncé mardi soir que le bilan 2012-2016 est positif, même si la destination Maroc a été impactée par les attentats terroristes de 2015 en Tunisie, ainsi que les  »warning » aux voyageurs amis par certains pays occidentaux, dont la France et les Etats-Unis.  »En 2013, pour la première fois dans l’histoire du Maroc, nous avons dépassé la barre de 10 millions de touristes, avec un chiffre d’affaires qui a atteint les 109 milliards en 2015 », a indiqué Lahcen Haddad. En 2015, le chiffre d’affaires du secteur est de 109 milliards de DH (1 euro= environ 10 DH) dont quelque 33 milliards de DH générés par pour le tourisme local. L’emploi dans le secteur a été également en hausse avec la création de 507.000 postes de travails, soit 5% de l’ensemble des créations d’emplois au niveau national, en hausse de 5,6 sur les cinq dernières années. La satisfaction est venue par ailleurs de la hausse de la capité litière, le Maroc affichant, selon le ministre du tourisme, un potentiel de 230.000 lits et qui sera porté d’ici à la fin de l’année à 250.000 lits. Mais, il y a aussi les chiffres en baisse, notamment pour les arrivées de touriste et la baisse des nuitées dans les hôtels classées. Selon l’observatoire du tourisme, la baisse des arrivées de touristes s’est poursuivie au mois de mars dernier, et donc suivie par un recul des nuitées. Par ville, cela donne -2% à Agadir , -7% à Rabat, une stagnation pour Marrakech, et une inquiétante baisse à 22% pour l’ancienne capitale spirituelle du royaume, Fes.

Un 1er trimestre 2016 encourageant

Pour le ministre marocain du Tourisme, l’objectif pour 2016 est de réaliser une croissance de 2% en termes d’arrivées de touristes, une hausse de 2% des recettes en devises, et de 2% au niveau des emplois créés. Plus globalement, les recettes engrangées à fin mars 2016 sont de 4,6 milliards de DH, soit une hausse de 16% comparativement à mars 2015. Les nuitées au 1er trimestre 2016 sont certes en recul de 0,9%, mais des villes comme Marrakech et Agadir, gardent encore tout leurs attraits, et trustent 60% des nuitées enregistrées entre janvier et mars 2016, alors que la capitale économique du Royaume, Casablanca, enregistre une hausse de 6%, et Tanger, sur le Détroit, 6%. Depuis les attentats terroristes du Musée du Bardo à Tunis et dans un complexe touristique à Sousse en Tunisien en 2015, tous les voyagistes s’accordent à dire que  »la destination Maroc, est impactée par l’émergence du terrorisme au Maghreb et dans les pays arabes. » Même si l’objectif des 20 millions de touristes à fin 2016 n’est pas atteint, le secteur du tourisme contribue jusqu’à 8% au PIB du Maroc.