Une production de véhicules adaptés aux besoins de la région à partir de 2019

D’une capacité de 90 000 moteurs et véhicules au démarrage, cette unité industrielle atteindra une production de 200 000 unités à terme. La production de cette usine qui nécessitera un investissement de plus de 550 millions d’euros sera destinée aux marché de la région Afrique- Moyen Orient.

 

PSA Peugeot Citroën a signé jeudi un accord industriel avec le Royaume du Maroc portant sur la construction d’une usine d’assemblage des moteurs et des véhicules des segments B et C dans la région de Kenitra.

Signé à Rabat entre Carlos Tavares, Président du Directoire de PSA Peugeot Citroën et Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique du Royaume du Maroc, sous la présidence du roi Mohamed VI, l’accord prévoit un investissement industriel de 557 millions d’euros et une entrée en production de l’usine dès 2019. D’une capacité de 90 000 moteurs et véhicules au démarrage, cette unité industrielle atteindra une production de 200 000 unités à terme, lorsque la demande commerciale le justifiera. Ce projet industriel s’appuiera sur le tissu de fournisseurs compétitifs présents au Maroc.

Un taux d’intégration de 80%

L’accord prévoit la réalisation d’un taux d’intégration locale de 60% au démarrage du projet et 80% à terme, avec une production qui sera destinée pour les marchés de la région Afrique – Moyen-Orient. Ces marchés sont considérés comme « historiques » pour le Groupe, en particulier pour la marque Peugeot dont la notoriété est établie de longue date. Le Groupe occupe également des positions fortes sur certains marchés (1er en Tunisie, 2ème au Maroc), et la marque Peugeot est numéro 2 en Algérie.

« L’Afrique et le Moyen-Orient sont des marchés historiques pour PSA et cette région doit devenir un levier d’internationalisation rentable de notre plan Back in the Race. Cet accord signé aujourd’hui avec le Royaume du Maroc nous permettra d’avoir des capacités de production au cœur de la région pour réaliser notre ambition d’y vendre un million de véhicules en 2025 », a déclaré Carlos Tavares à l’occasion de la signature de  l’accord.