Le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Driss Lachgar, réélu à l’unanimité dimanche lors du 10eme congrès du parti, veut préparer dès maintenant les prochaines échéances électorales.

 

 Un peu plus de 1400 congressistes ont plébiscité dimanche à Bouznika (20 km au sud de Rabat) Driss Lachgar à la tête d’un des plus vieux parti d’opposition marocain, l’USFP (ex-UNFP). Seul en course, cet avocat de Rabat était assuré de passer, avec cependant un objectif: rénover le parti et lui donner les moyens de sortir d’une longue crise politique, qui l’a éloigné du gouvernement.

Aux élections législatives d’octobre 2016, l’USFP a été surclassée par des formations moins ancrées dans le paysage politique et syndical du pays, comme le RNI, un parti de cadres sponsorisé par le palais depuis l’époque d’Hassan II, ou l’UC (Union constitutionnelle), et le PAM.

Le parti de l’ancien opposant Mehdi Ben Barka n’a en effet récolté lors de ces élections que 20 sièges, contre 29 sièges en 2011, et 38 sièges en 2007. La chute du parti, depuis le départ d’Abderrahmane Youssoufi, est évidente, d’autant qu’il n’a pu en deux législatures redresser la barre. C’est en décembre 2012 lors du IXe congrès national de l’USFP qu’il a succédé à Abdelouahed Radi, l’ex-président du Parlement.

10eme congrès: Cap sur les élections de 2021

Au menu des travaux de ce 10eme congrès de l’ex-UNFP, le sigle original de l’USFP, Lachgar a vu loin: il a supprimé la Commission administrative, le parlement du parti, et l’a remplacée par le Conseil national dont les deux tiers sont élus. Le 3eme tiers est composé des membres es-qualité, dont les ministres et les parlementaires.

Le Conseil sera convoqué par la suite pour élire les membres du bureau politique et le président du Conseil national. L’autre changement a porté sur la création d’un secrétariat national, un organe situé à mi chemin entre le Conseil national et le bureau politique, avec une tâche organisationnelle. Et, dans les prochains six mois, des congrès régionaux se tiendront pour l’élection de secrétariats régionaux.

La première tâche dévolue à ces secrétariats régionaux est de préparer localement les prochaines élections législatives de 2021, avec la confection dés maintenant des listes et les têtes de listes électorales. Pour les cadres de l’USFP, il s’agit de la survie du parti, affaibli par les clivages et les dissensions internes autant que par l’émergence de nouvelles sensibilités politiques de gauche au Maroc après les manifestations de 2011 et le mouvement du 20 février.

Obligé de rebondir, Driss Lachgar a ainsi imposé  »des contrats de performance » aux nouvelles structures du parti, dont les secrétariats régionaux, avec des objectifs électoraux fixés à l’avance et à atteindre lors des élections communales et législatives prochaines.

Aux dernières élections communales organisées en septembre 2015, l’USFP n’a récolté que 2.656 sièges (8,43%), avec une cinglante défaite de Driss Lachgar et Fathallah Oualalou dans la circonscription de Rabat.