Les principales informations à la Une de journaux marocains parus jeudi :

L’ECONOMISTE

Les prévisions de croissance pour 2019 sont pessimistes et donne les perspectives pour 2020. Ainsi, la croissance ne devrait pas dépasser les 2,7% du PIB d’ici la fin de l’année, en raison « d’une mauvaise campagne agricole et du difficile décollage du non agricole, sans oublier la conjoncture internationale ». En effet, « la valeur ajoutée dégagée par le secteur primaire diminuera de 2,1%, concourant négativement à la croissance du PIB (-0,3 point en 2019) ».

LE MATIN

La violence psychologique est la plus fréquente dans le milieu conjugal et représente 96,5% des formes de violence. C’est la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui, qui l’affirme. S’exprimant lors d’une rencontre consacrée à la présentation des résultats de la 2e enquête nationale sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes, la ministre précise que la violence psychologique est la plus fréquente, représentant 49,1% des formes de violence subie par les femmes.

AUJOURD’HUI LE MAROC

Deux conventions de partenariat sur des thématiques liées à la réforme de l’administration publique ont été signées à Fès, en marge de l’ouverture du 15ème Forum panafricain ministériel sur la modernisation de l’administration publique et des institutions de l’État. Ainsi Mohamed Ben Abdelkader, ministre chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique, a procédé à la signature d’une convention avec Felix Mpozeriniga, ministre de la fonction publique, du travail et de l’emploi de la République du Burundi à travers laquelle les deux parties s’engagent à valoriser et à développer les capacités des ressources humaines, à renforcer la bonne gouvernance, à développer la qualité du service public et à simplifier les procédures administratives par les technologies de l’information et de la communication.

AL MASSAE

Patrice Beaumelle, l’adjoint du sélectionneur Hervé Renard toucherait 55.000 euros mensuellement, soit mieux que Djamel Belmadi le coach de l’Algérie qui jouera son quart de finale face à la Côte d’Ivoire ce jeudi, et crédité d’une rémunération de 50.000 euros. Pour sa part, l’ancien international marocain, Mustapha Hadji, second adjoint de l’entraineur marocain, Hervé Renard, a un salaire de 30.000 euros mensuellement, ce qui le place au 8e rang des plus grosses rémunérations de la compétition, aux côtés de Paul Putt, le sélectionneur de la Guinée.