Les principales informations à la Une de journaux marocains parus ce mercredi :

L’ECONOMISTE

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a eu mardi un entretien téléphonique avec le ministre d’État aux Affaires étrangères, membre du Conseil saoudien des ministres, Adel Ben Ahmed Al-Joubeir, axé sur les questions régionales d’intérêt commun. Les deux ministres ont discuté, lors de cet entretien, d’un certain nombre de questions régionales d’intérêt commun, notamment la question yéménite. Ils ont par ailleurs passé en revue les relations distinguées entre les deux pays et les moyens à même de les renforcer dans tous les domaines.

AUJOURD’HUI LE MAROC

Le groupe de travail a défini 3 principaux axes à travers lesquels plusieurs questions importantes seront abordées, notamment “la couverture médicale et la gouvernance du secteur, la pratique des professions médicales et paramédicales et la recherche scientifique, les infrastructures et la carte sanitaire”. Dans ce sens, le groupe de travail thématique chargé de la législation relative au système de santé invite les citoyens et toutes les instances concernées à présenter leurs suggestions afin d’enrichir et d’améliorer ce travail, et cela peut se faire via le portail électronique de la Chambre. Cette invitation a été lancée à l’issue de la deuxième réunion du Groupe de travail thématique chargé de la législation relative au système de santé.

LIBERATION

La 13ème édition du festival de Fès de la culture soufie se tiendra en ligne du 17 au 26 octobre prochain, ont annoncé les organisateurs. Cet événement sera placé sous le thème “l’art de la transmission” et constituera ainsi une sorte de réponse culturelle et créative à cette crise liée à la pandémie de la COVID-19, selon l’association éponyme. Une sélection d’activités et de célébrations puisées du riche patrimoine soufi national et universel sera proposée au public du festival. A l’instar des éditions précédentes, ce rendez-vous culturel vise à faire découvrir ou redécouvrir aux Marocains une culture qui est la leur et leur offrir l’accès à cette richesse artistique, intellectuelle et spirituelle.

L’OPINION

Des centaines de milliers d’internautes ont manifesté leur colère face à l’abject viol, suivi de son assassinat du jeune Adnane Bouchouf. Depuis, plusieurs pétitions en ligne ont vu le jour dont certaines ont totalisé des nombres impressionnants de signataires qui demandent aux autorités d’exécuter les individus coupables de pédophilie et de meurtre. Parmi ces pétitions, aucune n’a cependant franchi le pas du virtuel en passant par la procédure prévue par la loi 44-14 déterminant les conditions et les modalités d’exercice du droit de présenter des pétitions aux pouvoirs publics. Le cruel crime qui a bouleversé les Marocains a certes relancé le débat sur l’exécution de la peine capitale, cependant, en filigrane se profile un autre débat sur la démocratie participative.