La Mauritanie rejoindra bientôt les pays africains dotés d’un marché boursier.

 

Avec 6,5 % de croissance prévue en 2014, la Mauritanie compte lancer cette année le premier marché boursier du pays, a révélé, mardi, le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Sid’Ahmed Ould Raiss, dans une interview au quotidien américain Bloomberg.

« L’économie mauritanienne devrait croître de plus de 6 % pour la troisième année consécutive, habilitant le pays à créer son premier marché boursier », a déclaré le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Sid’Ahmed Ould Raiss, à Bloomberg. Pour drainer l’épargne nationale grandissante vers le financement des entreprises locales, le gouvernement mauritanien envisage donc la création d’une Bourse à Nouakchott, en 2014, même si cette annonce n’a pas été accompagnée de plus de détails.

Le second plus grand pays exportateur de minerai de fer d’Afrique connaît depuis 2010 un vigoureux rebond économique avec des taux de croissance supérieur à 6 % : 6,4 % enregistré en 2013 et 6,9 % en 2012, selon les chiffres donnés par Sid’Ahmed Ould Raiss. La Banque centrale « continuera de combiner une politique monétaire prudente et un taux de change flexible afin de renforcer la compétitivité de l’économie nationale », a-t-il indiqué.

Des réserves de change en nette augmentation

Le pays, qui a bénéficié jusqu’en 2013 de la facilité de crédit élargie du Fonds monétaire international (FMI), a amassé d’importantes réserves de change. « La Mauritanie devrait réduire ses dépenses de ventes de bons de Trésor cette année suite à une augmentation des réserves de change », a confié Sid’ahmed Ould Raiss, précisant que « les réserves couvraient désormais plus de sept mois des besoins d’importations en 2013 ».

La Banque centrale mène, par ailleurs, des études sur les réglementations financières des banques islamiques et des sukuks, a  indiqué le gouverneur de la Banque centrale.