« Sa jambe gauche est presque paralysée,  il la bouge difficilement », indique l’un des avocats de Adlene Mellah.

Le journaliste et éditeur  Adlene Mellah n’a pas  été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC), comme rapporté par les réseaux sociaux, a rassuré l’un de ses avocats qui lui ont rendu visite ce lundi 7 janvier 2019, en prison.

Selon notre source, Mellah est très affaibli par sa grève de la faim qu’il a entamée il y a deux semaines. « Sa jambe gauche est presque paralysée,  il la bouge difficilement », a précisé la même source. Les avocats qui lui ont rendu visite, hier et avant-hier, samedi, confirment qu’Adlene Mellah est sérieusement fatigué et affaibli. D’ailleurs, c’est en fauteuil roulant qu’il s’est déplacé de sa cellule au parloir.

Il faut rappeler qu’Adlene Mellah a été condamné à une année de prison ferme, le 25 décembre dernier par le tribunal de Bab El Oued, pour attroupement, rébellion commise en réunion de plus de deux personnes, provocation directe d’un attroupement non armé et outrage avec violence faits à des fonctionnaires et institutions de l’Etat. Le journaliste a été arrêté le 8 décembre dernier devant le Théâtre national algérien lors d’un sit-in de solidarité avec le  chanteur Reda city 16.