Les pouvoirs publics, de concert avec les banques, comptent accompagner au plus près les porteurs de projets productifs.

Un fonds d’investissement pour financer les projets d’appui aux écosystèmes des activités productives sera, en effet, lancé prochainement, vient d’annoncer le ministre de la Micro entreprise, de la start-up et de l’économie de la connaissance, Yassine Djeridene.

Ce dernier qui s’est exprimé sur les ondes de la radio nationale a ainsi déclaré : « Nous avons lancé, de concert avec les banques, un projet de création d’un fonds d’investissement que nous concrétiserons, dans les prochains jours », a indiqué M. Djeridene sur les ondes de la radio nationale, ajoutant que ce fonds « favorisera la création d’écosystèmes intégrés, à même de permettre à l’opérateur une pérennité et un développement de son activité ».

Selon le ministre, il s’agit là d’un mécanisme de soutien à l’activité de production est inédit, en ce sens qu’il diffère de tous les projets d’appui connus à ce jour, à l’instar, par exemple, du fameux dispositif Ansej. Ce fonds s’intéressera à l’appui des activités de production dans ses différentes étapes et dans tous ses maillons, au lieu de se contenter de créer des entreprises et les laisser faire face seuls aux difficultés d’approvisionnement et de commercialisation, de distribution et autres, a expliqué le ministre.

Les secteurs qui profiteront de ce même fonds, sont ceux relevant de l’agriculture, des industries manufacturières et de la sous-traitance, a énuméré le ministre. Sur le mode de financement, Djeridene a indiqué qu’il se fera sous forme de contributions conformément au principe de 49/51 % entre le promoteur du projet qui détient la part de la majorité et le fonds.
Djeridene a par ailleurs assuré que ce fonds avait obtenu les dotations indispensables avec son cadre juridique, et que son entrée en activité était imminente. Soit dans « un mois ou un mois et demi ».

Selon le ministre qui a enfin précisé que ce fonds diffère du Fonds de soutien aux start-up, lequel voit parachevées les premières formalités légales pour sa création et attends l’obtention de dotations de la Bourse d’Alger et de la Banque centrale, avant son lancement.